Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, combien en 2017 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

vendredi 25 novembre 2016

Demoiselle

Pour l'herbier de poésie chez Adamante



Par quoi sont-ils affolés
ces petits poissons grégaires ?
Les rides du vent
chauffé par le soleil ?
Une frêle demoiselle
se balançant sur un roseau
et saluant des blancs nuages
leur joyeux reflet.
Jeanne Fadosi, mercredi 23 novembre  2016
pour l'herbier de poésie 57
à voir chez Adamante

photo d'ABC

Parce que le regard sur les choses, les cueillir comme des petits bonheurs du jour, ce n'est pas de l'égoïsme, c'est un remède de survie quand tant de choses désolent, sauf à faire l'autruche.

8 commentaires:

  1. Bonjour Jeanne, en banc ces poissons rouges, il en faut peu pour leur faire peur, allons y doucement pour les admirer... Comme tu dis, l'actualité est sinistre, il nous faut trouver nos remèdes pour garder le sourire, merci, bises

    RépondreSupprimer
  2. Chère Jeanne,
    Tout à fait d'accord avec ta remarque à la fin de ton billet
    J'ai beaucoup aimé ton poème. Je me sens en phase
    Bisous

    RépondreSupprimer
  3. Les petits bonheurs du jour, sont toujours à pécher pour rafraîchir les cœurs !

    RépondreSupprimer
  4. Ne faisons pas l'autruche...
    Merci pour cette page Jeanne, j'aime énormément.
    Bises et douce journée.

    RépondreSupprimer
  5. Tu as raison, il est important de souligner à quel point il est vital de regarder ce qui nourrit plutôt que ce qui détruit. Si l'on y prête attention on peut parfois s'apercevoir que l'un contient l'autre et que, par l'effet dramatique (des médias par exemple qui raffolent des tourmentes) il est possible de noyer le monde dans le désespoir. Comme il est important notre regard sur ce monde, comment serait-il si on l'aimait vraiment, si on lui souriait plus souvent ? Il y aurait tant à dire...
    Merci, Jeanne, pour cette remarque finale et pour ton poème qui nous porte jusqu'à ce "joyeux reflet".

    RépondreSupprimer
  6. Dame Libellule vit sa vie, sans se préoccuper de l'effet qu'elle produit sur ces poissons grégaires .... Une forme d'égoïsme positif, indispensable à la paix du monde ! J'aime. Bonne fin de soirée Madame !

    RépondreSupprimer
  7. Les bonheurs simples, multiples...juste un regard parfois pour égayer l'instant !

    RépondreSupprimer