Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 17 novembre 2016

La pendule de Mémé Gudule, de Jeanne Fadosi

Lilousoleil à la barre du défi n°174 des CROQUEURS DE MOTS nous invite à raconter une belle histoire de Jeanne et de Jules, de cane et de mare, d'église et de pendule.
Sans consigne particulière pour le jeudi
A la fin d'octobre, nous avons mis les pendules à l'heure d'hiver. Pour ces manœuvres sur ces témoins fragiles d'un autre temps, le geste est d'autant plus périlleux que le tic tac rythme les heures.
Pour l'heure, je réédite ceci, écrit pour un prénom du mercredi des premiers temps de mon blog.



La pendule de Mémé Gudule
Ce matin, remontée comme une pendule,
Gudule en était déjà toute démontée.
C'est que tous les matins il faut la remonter
La vieille pendule de Pépé Théodule
Elle a tôt fait de s'enrayer et s'arrêter
Usée de tant d'années à ponctuer les heures
Au fil du temps témoin des chagrins, des bonheurs
Doux tic tac pour Mémé Gudule et pour pépé.
De son lit Gudule attend le point du jour
La pendule de Pépé dit l'heure dans la nuit,
Gudule n'est pas seule dans ses insomnies
Avec le poids des ans viendra la fin des jours
Mais elle a tant besoin de son bruit familier.
Je t'en prie Grand-pèr', fais donc venir l'horloger
           Jeanne Fadosi, le mardi 13 avril 2010

 


Certains je crois me souvenir, l'avaient deviné à l'époque : je n'étais pas allée chercher mon inspiration bien loin. Il me suffisait de faire comme si j'entendais cette magnifique chanson de Jacques Brel*, Les vieux, enregistrée en 1964.
J'avais 13 ans et cette chanson me touchait au coeur.

* Jacques Brel, auteur, compositeur interprète belge, 1929 - 1978, qui n'a pas eu le temps de vieillir et qui avait à peine 35 ans lorsqu'il a créé cette chanson.


9 commentaires:

  1. J'aime beaucoup. Merci pour la réédition. Bon jeudi.

    RépondreSupprimer
  2. Jolie poème Jeanne. Gudule était le nom de mon hamster. Bises et bon jeudi

    RépondreSupprimer
  3. Ah c'est qu'ils y tiennent ces deux-là... J'ai connu chez ma grand-mère une horloge murale à remonter à la clé chaque fin de semaine, ce que mon papa faisait pour elle, à sa mort, on ne l'a pas jetée... elle fut mise dans notre cuisine, j'appelle ça un héritage sentimental, merci Jeanne, bises

    RépondreSupprimer
  4. Elle est douce et nostlgique, pleine d'humanité, ta poésie.
    J'ai l'impression d'entendre le tic-tac de la pendule de Gudule en écho au boum-boum du coeur battant à l'unisson de ce vieux couple...

    RépondreSupprimer
  5. Personnellement, j'aime beaucoup. :)
    Merci pour cette réédition.
    Bises et douce journée.

    RépondreSupprimer
  6. Un tres beau sonnet j'aime beaucoup , merci pour la réédition
    Bonne journée
    Bisous

    RépondreSupprimer
  7. Moi aussi j'aime beaucoup.
    J'ai cette pendule chez moi qui toutes les heures nous fait un peu vieillir.
    Elle ne sonne plus de 22 heure à 7 heure, on vieillit moins vite.
    Merci pour la réédition
    Bonne journée
    Bises
    Maryse

    RépondreSupprimer
  8. Bonsoir Jeanne,
    C'est une belle réédition que ton poème, il a bien traversé le temps.
    Moi aussi je retiens cette chanson du grand Jacques, un vrai bijou comme beaucoup de ses chansons.
    Merci pour ton partage.
    Bisous.
    Domi.

    RépondreSupprimer