Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, combien en 2016 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

vendredi 6 mars 2015

Le soir de l'aube et de la terre, pour Mil et Une

Avec l'indication d'usage que les habitués connaissent par cœur et dont ils peuvent s'agacer. Mais c'est aussi cela transmettre : répéter pour ne pas laisser sur le bord de la route les nouveaux venus ...
Sur l'image du sujet de semaine 10 de miletuneA vous de décider* de la découvrir avant ou après la lecture de ce qu'elle m'a inspirée, au croisement d'autres évocations (images support)

Le soir de l'aube et de la terre

Des volutes blafardes,
A l'aube vacillante,
Font un cocon précaire
Aux bourgeons frissonnants.
Le trille volubile
S'éteint avec le jour,
Tandis que pas à pas
L'obscur cède à l'aurore.
Ombre indécise encore
Qui tantôt insolente
Enchantera l'espace
De ses verts éclatants,
En cet instant infime
Où s'évitent deux mondes,
La nature s'ébroue,
Aux hommes indifférente.
Oh, dormeurs inconscients
De cette agonisante !
Oh, dormeurs insouciants
Des destins qu'elle enchante !

- Jeanne Fadosi - octobre 2006
réédition pour miletune,

en écho au Petit livre noir, d'emma

* Les mots lus ne sont jamais tout à fait les mêmes que les mots écrits, y compris quand ils sont relus par leur auteur. Les mots impulsés par une image échappent eux aussi, et c'est tant mieux, à un seul déterminisme bi-univoque. Mais il n'est pas gratuit de lire sans voir l'image, ou en l'ayant vu ou en la voyant. Quel que soit votre choix, découvrir l'image support avant ou après, vous ne pourrez remonter le temps pour comparer les expériences.
Le choix de l'une interdit les autres.

6 commentaires:

  1. Tes vers me suffisent et je n'irais pas tout de suite voit l'image, je me laisse porter par tes mots et mon imaginaire...

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Jeanne... L'aube indifférente se lève encore et encore malgré tout le mal qu'on fait à cette bonne vieille terre, voir photos Miletune !!! Bises, jill

    RépondreSupprimer
  3. Tu as bien fait de le réditer. J'aime beaucoup. Je reçois enfin ta new's. Belle journée

    RépondreSupprimer
  4. C'est un très beau poème, Jeanne.
    Mais pourtant, si nous devions nous soucier de tout, je crois que nous fuirions le sommeil et ce serait terrible.
    Merci pour ce partage...
    Bises et douce journée.

    RépondreSupprimer
  5. Comme ce passage du jour à la nuit est abordé avec romantisme!

    RépondreSupprimer