Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, combien en 2016 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

dimanche 25 janvier 2015

Une théorie du chaos, pour Mil et Une

Je renoue donc (voir Miroirs ...) avec l'indication d'usage que les habitués connaissent par cœur et dont ils peuvent s'agacer. Mais c'est aussi cela transmettre : répéter pour ne pas laisser sur le bord de la route les nouveaux venus ...
Au vu de deux commentaires dont le sens m'échappent, je crois pertinent de le compléter par par les notes que j'avais préparées et que j'avais hésité à joindre à ma participation à miletune avant d'y renoncer pour le laisser dans son jus brut.
Sur l'image du sujet de la semaine 4 de miletuneA vous de décider* de la découvrir avant ou après la lecture de ce qu'elle m'a inspirée, au croisement d'autres évocations (images support)


Une théorie du chaos

Par Toutatis quel pugilat !!!
quand le fantôme de Nicolas
qui contestait le péculat
fit tout pour que tout s'écroulât

Depuis que Vaux
allait à vaux l'eau
Il implorait Léto
et la puissance de son étau

Las ! Hélios
c'est la faute à Chronos
Le fils d'Eros

Voici la fin du banquet
de Nicolas Fouquet

Au festin de Pierre
Jeanne Fadosi, pour miletune, 20 janvier 2015

Nicolas : Nicolas Fouquet, surintendant du roi Louis XIV, autoproclamé le Roi Soleil
péculat : vieux français, (du latin peculatus malversation) vol des deniers publics
Vaux : château de Vaux-le Vicomte, construit par Fouquet, dont Louis XIv était jaloux et où le surintendant fut arrêté
Léto est une titane (oui, il y avait aussi des titanes dans la mythologie grecque)
Hélios dans la mythologie grecque (primitive), est le dieu-soleil. Il est ensuite confondu avec Apollon, Chronos est le dieu du temps (durée), Eros le dieu de l'amour.
Le festin de Pierre : Dom Juan ou le festin de pierre, pièce de Molière

* Les mots lus ne sont jamais tout à fait les mêmes que les mots écrits, y compris quand ils sont relus par leur auteur. Les mots impulsés par une image échappent eux aussi, et c'est tant mieux, à un seul déterminisme bi-univoque. Mais il n'est pas gratuit de lire sans voir l'image, ou en l'ayant vu ou en la voyant. Quel que soit votre choix, découvrir l'image support avant ou après, vous ne pourrez remonter le temps pour comparer les expériences.
Le choix de l'une interdit les autres.
 . 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire