Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, encore 123 en 2017, 121 en 2018 ? 101 femmes depuis le 1e janvier 2019 en France (2 septembre 2019) , soit une femme tous les deux jours ! accélération ou meilleure visibilité ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 30 septembre 2021

Le dormeur du val, de Arthur Rimbaud

Votre petite moussaillonne à la barre du défi n°254 des CROQUEURS DE MOTS : Et si on rembobinait.

Pour les jeudis poésies :

1er jeudi 30 septembreune journée ordinaire (la suite des jours ou le quotidien)

2e jeudi 7 octobreune journée particulière (un événement exceptionnel, un changement de vie ...)

Pour les jeudis ce ne sont que des indications et vous être libre de choisir votre propre fil en lien ou pas avec le temps et vous êtes libres de partager vos propres poèmes ou vos poèmes choisis.

Je n'avais nullement l'envie de plomber l'ambiance, le poème de Rimbaud, étudié bien évidemment en classe et d'abord au collège je crois, m'a fasciné par sa douceur et la justesse avec laquelle il décrivait le quotidien de ma campagne percheronne d'enfance, quand bien même il décrivait plutôt ses montagnes ardennaises tout en distillant imperceptiblement que cette journée n'était pas si ordinaire.

Ma deuxième motivation est ce que la sagesse des ans a fini par me signifier, sans renoncer à faire des projets ni à être insouciant comme si on avait l'éternité devant soi, vivre le jour et l'instant aussi intensément que possible, sans s'embarrasser des petites contrariétés et des chagrins surmontables.

Ma troisième motivation, en ces temps troublés un peu partout dans le monde sous mes journées ordinaires, est de revenir encore et encore, sans rien n'y pouvoir sur l'absurdité de la guerre. 

Le Dormeur du Val

C’est un trou de verdure où chante une rivière,
Accrochant follement aux herbes des haillons
D’argent ; où le soleil, de la montagne fière,
Luit : c’est un petit val qui mousse de rayons.

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort ; il est étendu dans l’herbe, sous la nue,
Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
Nature, berce-le chaudement : il a froid.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.

Arthur Rimbaud, octobre 1870

vivier de Valmont, Seine maritime
un autre Valmont se trouve en Moselle dans les Ardennes



Un monde sans guerre sera-t-il possible un jour ? et sans abandon en rase campagne

Arthur Rimbaud, 1854 - 1891, poète français

Le Dormeur du val — Wikipédia (wikipedia.org)

11 commentaires:

  1. Répondre à ta question Jeanne, j'ai bien envie de dire un grand oui, mais... rien ne change en ce bas monde et les guerres y sont encore légions ça et là... mon texte ce jour rejoint le tien, merci, bises JB

    RépondreSupprimer
  2. C'est un très beau poème que je connais mais trop poignant. Je n'ai pas pu le relire. Bisous

    RépondreSupprimer
  3. ARTHUR RIMBAUD mon poète préféré, et le dormeur du val lu par Régiani un vrai régal
    merci

    RépondreSupprimer
  4. Des motivations qui justifient amplement le choix de ce poème de Rimbaud que je pourrais encore réciter par coeur. Tout comme toi, je l'ai appris à l'école, et depuis, il n'a pas quitté ma mémoire.
    Bises et bon jeudi - Zaza

    RépondreSupprimer
  5. J'aime beaucoup ce petit coin de verdure !!! J'y flânerais bien toute la journée...

    RépondreSupprimer
  6. Excellent choix Jeanne, c'est un poème que j'ai appris aussi à l'école et qui m'a fait venir plusieurs fois les larmes aux yeux, la chute entre l'émerveillement et la découverte de cette terrible blessure est poignante .
    Bonne journée
    Bises

    RépondreSupprimer
  7. J'adore ce poème .Reggiani le récite si bien !
    Toutes les guerres sont absurdes mais hélas ,les hommes n'en tirent jamais les leçons.Bonne nuit

    RépondreSupprimer
  8. Magnifique choix, Jeanne. En mots et en chanson en plus : super, et quel magnifique paysage ! Bon mois d'octobre. Bises♥

    RépondreSupprimer
  9. Merci pour cette jolie poésie..
    C/C à tous
    Encore merci pour le soutien ou que ce soit sur le blog FB ou MP.....Très touchée.
    La maison des enfants est déclarée saine, ils vont commencer les travaux au niveau des fissures. Ils n'y iront que dans environ 10-15 jours pour effacer avant quelques peu les mauvais souvenirs et faire les nettoyages nécessaires. Je reprends dès aujourd'hui visites, articles et sourires avec vous....Bisous

    RépondreSupprimer
  10. Un poème tragique à l'écriture si légère. Bousculée cette semaine avec de la famille à la maison..en plus j'ai perdu tout mon texte pour lundi. Je verrai demain soir. Bises

    RépondreSupprimer
  11. Ce beau poème est si agréable à relire, merci Jeanne, le souvenir de Reggiani et quelle jolie rivière Jeanne
    Bonne journée

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. Merci de patienter, je ne les valide pas toujours à la minute ni même quelquefois à la journée.
Les commentaires anonymes et non signés d'une manière ou d'une autre ne seront pas validés.
Comments are moderated. Thank you for your patience, I don't valide them immediatly.
anonymous comments are never validated except if they are signed in the text.