Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, encore 123 en 2017, 121 en 2018 ? 101 femmes depuis le 1e janvier 2019 en France (2 septembre 2019) , soit une femme tous les deux jours ! accélération ou meilleure visibilité ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 30 avril 2020

Calligrammes ..

Jazzy relevant le défi n°236 des CROQUEURS DE MOTS nous propose pour le premier jeudi poésies "calligramme ou libre"

En ces temps de pandémie au covid et de voyages immobiles autour de son logis, laissez-moi rééditer celui-ci



fan
       de fun
            Fabrice
                ni tailleur
                       ni riche
                va au Fablab
          avec les plans
       de sa planche
et de sa voile
Alors
         avec
                Brice
                    depuis Nice
                 Ils mettront les voiles    
vers l'autre bout du monde    
surfer dans le vent et les vagues   ))))))))     ))))))
))))))))                                    )))))))        )))                
)))))))))))     ))))))))   ))))
)))))))))))))))

Un coup de chapeau aux bénévoles des fablab qui contribuent à la fabrication de protections (visières, etc ..) et sans doute dire à tous ceux qui ne rêvent que de plages et de sable chaud qu'il va falloir tempérer ses envies car on en a encore pour un temps indéterminé de ce fléau.

Et laissez-moi encore une fois admirer La colombe poignardée et le jet d'eau de Guillaume Apollinaire suivi de deux textes que j'avais joint en une autre circonstance, deux textes qui ici, en ce moment font sens encore et encore. D'une autre manière certes ...

Calligramme de Guillaume Apollinaire écrit sur le front pendant la première guerre mondiale
A deux hommes vivant le même nombre d'années, le monde fournit toujours la même somme d'expériences. C'est à nous d'en être conscients. Sentir sa vie, sa révolte, sa liberté, et le plus possible, c'est vivre et le plus possible. Là où la lucidité règne, l'échelle des valeurs devient inutile. Soyons encore plus simplistes. Disons que le seul obstacle, le seul "manque à gagner", est constitué par la mort prématurée. L'univers suggéré ici ne vit que par opposition à cette constante exception qu'est la mort. C'est ainsi qu'aucune profondeur, aucune émotion, aucune passion et aucun sacrifice ne pourraient rendre égales aux yeux de l'homme absurde (même s'il le souhaitait) une vie consciente de quarante ans et une lucidité étendue sur soixante ans.
Albert Camus, Le Mythe de Sisyphe, Gallimard, 1985

Cité par Bernard Marris, Antimanuel d'économie, 2 Les cigales, Editions Bréal, 2006, p 33
premier des textes choisis de l'Introduction, L'Espérance de vie

La gratuité et la solidarité laissent augurer ce que pourra être la société de demain, lorsque le problème économique aura disparu. Il se peut que l'idéologie économique règne jusqu'à la fin des temps : Orwell, Huxley ont raconté la fin de l'histoire et l'éternité de l'horreur économique bien avant Fukuyama.
Mais faisons un rêve : lorsque l'économie et les économistes auront disparu, ou du moins auront rejoint l'"arrière-plan", auront aussi disparu le travail sans fin, la servitude volontaire et l'exploitation des humains. Règneront alors l'art, le temps choisi, la liberté. Qui rêvait ainsi ? Keynes, le plus grand des économistes.
Bernard Marris, Antimanuel d'économie, 1 Les fourmis, Editions Bréal, 2003, p 150

Et si le coeur vous en dit, celui-ci aussi fait en hommage à Ma mère, pour miletune.

8 commentaires:

  1. Oh oui Jeanne côté séjour sur les plages… On va rouvrir plein de commerces, au fur et à mesure, mais la vie libre ne reviendra pas de si tôt, merci pour le tout, JB

    RépondreSupprimer
  2. Une très belle page Jeanne pour ces calligrammes proposés par Jazzy. Bravo et bel hommage des aux bénévoles des fablab.
    J'ai également craqué pour Appolinnaire et "la colombe poignardée et le jet d'eau"
    Bises et bon jeudi

    RépondreSupprimer
  3. J'aime ton voilier de mots. Je connaissais le second mais j'ai pris plaisir à le revoir. Bisous

    RépondreSupprimer
  4. Bravo Jeanne ! Tout, tout est magnifique pour répondre agréablement à ce défi ! J'♥ beaucoup ! Bon après-midi de ce jeudi,
    Bises♥

    RépondreSupprimer
  5. Merci beaucoup Jeanne pour ta participation , ta planche à voile est superbe et les deux textes que tu as ajoutés toujours d'actualité . Bernard Marris nous l'avions rencontré au salon du livre de Metz et avions pris beaucoup de plaisir à discuter avec lui . Quant à Camus tous ces textes incitent à la réflexion .
    Bonne journée
    Bises

    RépondreSupprimer
  6. Je connaissais ton voilier, j'ai été heureuse de le retrouver ici.
    Nous avons besoin d'espoir et de voyage, même virtuel.
    Passe une douce journée et un très beau mois de mai.

    RépondreSupprimer
  7. Un bel aperçu des richesses du calligramme, c'est un petit régal !

    RépondreSupprimer
  8. Golondrina63Auv1 mai 2020 à 23:17

    Tu as bien travaillé
    C'est original
    C'est plaisant
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. Merci de patienter, je ne les valide pas toujours à la minute ni même quelquefois à la journée.
Les commentaires anonymes et non signés d'une manière ou d'une autre ne seront pas validés.
Comments are moderated. Thank you for your patience, I don't valide them immediatly.
anonymous comments are never validated except if they are signed in the text.