Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, encore 123 en 2017, 121 en 2018 ? 101 femmes depuis le 1e janvier 2019 en France (2 septembre 2019) , soit une femme tous les deux jours ! accélération ou meilleure visibilité ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 16 avril 2020

Aux dix mille années, de Victor Ségalen

Dominique à la barre du défi n°235 des CROQUEURS DE MOTS ne donne aucune contrainte particulière pour le jeudi en poésies du 16 avril : c'est donc libre choix.
L'occasion de rééditer une nouvelle fois ce poème qui interroge me semble-t-il, si puissamment le sens de nos faire et dont le parcours de l'auteur est particulièrement pertinent.

Aux dix mille années

Ces barbares, écartant le bois, et la brique et la terre, bâtissent dans
le roc afin de bâtir éternel !

Ils vénèrent des tombeaux dont la gloire est d'exister encore ; des ponts 
renommés d'être vieux et des temples de pierre trop dure dont pas une 
assise ne joue.

Ils vantent que leur ciment durcit avec les soleils ; les lunes meurent 
en polissant leurs dalles ; rien ne disjoint la durée dont ils s'affublent 
ces ignorants, ces barbares !

Vous ! fils de Han2;3, dont la sagesse atteint dix mille années et dix mille milliers d'années, gardez-vous de cette méprise.

Rien d'immobile n'échappe aux dents affamées des âges. La durée n'est 
point le sort du solide. L'immuable n'habite pas vos murs, mais en vous, 
hommes lents, hommes continuels.

Si le temps ne s'attaque à l'oeuvre, c'est l'ouvrier qu'il mord. Qu'on le
rassasie : ces troncs pleins de sève, ces couleurs vivantes, ces ors que la 
pluie lave et que le soleil éteint.

Fondez sur le sable. Mouillez copieusement votre argile. Montez les bois 
pour le sacrifice ; bientôt le sable cédera, l'argile gonflera, le double
toit criblera le sol de ses écailles :

Toute l'offrande est agréée !

*

Or, si vous devez subir la pierre insolente et le bronze orgueilleux, 
que la pierre et que le bronze subissent les contours du bois périssable 
et simulent son effort caduc :

Point de révolte : honorons les âges dans leurs chutes successives et le 
temps dans sa voracité.

Victor Ségalen1Stèles, 1912

1. Victor SEGALEN (1878-1919), médecin, romancier, poète, ethnographe sinologue
2. Han ou peuple Han, principale constituante et peuple "historique" de la population chinoise
3. Dynastie Han, dynastie de dirigeants qui régnèrent sur la Chine de 206 avant JC à 220 après JC

photo par Victor Ségalen, Tortue et colonne cannelée de la tombe de Xiao Xiu, sculpteur inconnu, VIe siècle
photo publiée dans Chine, la grande statuaire (source wikimedia clic pour informations)


9 commentaires:

  1. Nous sommes des bâtisseurs, nos œuvres si certaines résistent au temps qui passe, leur maître d'ouvrage meurent eux, il arrive qu'on oublie même leur nom… je ne laisserai rien derrière moi si ce n'est quelques photos ,-) bises, jill

    RépondreSupprimer
  2. Une superbe réédition Jeanne, merci beaucoup !
    Bises et bon jeudi de la part de Zaza

    RépondreSupprimer
  3. J'aime beaucoup le poème et sa chute...
    A méditer. :)
    Passe une douce journée. Bises.

    RépondreSupprimer
  4. Je ne connaissais pas ce poète. J'aime les poésies plus modernes. j'ai dû lire plusieurs fois pour comprendre, je dois avoir l'esprit lent en ce moment. Bisous

    RépondreSupprimer
  5. Je découvre ce poète , oui il faut s’interroger sur tout ce savoir faire et accepter que le temps puisse envers l'homme se montrer moins clément
    Bonne journée
    Bises

    RépondreSupprimer
  6. Bravo Jeanne ! Magnifique réédition pour relever le défi libre choix !
    Bon après-midi de ce jeudi et belle sooirée à venir !
    Bises♥

    RépondreSupprimer
  7. Des paroles très fortes qui interpellent effectivement sur la perennité de l'oeuvre humaine et sur la condition humaine.
    Bon dimanche

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour Jeanne,

    C'est très beau. Je ne connais pas et découvre avec grand plaisir. Merci Jeanne. Je trouve que ces mots prennent une résonance particulière avec ce qui se passe actuellement. Notre empreinte pourrait être si vite effacée par un être minuscule. A un saut de puce historique du chaos. Nous sommes peu de chose et le vent de l'histoire peut nous emporter...

    RépondreSupprimer
  9. Je ne Connais pas Segalen. Je regarderai. J'admire les vieilles pierres tout en me demandant pourquoi. Car ce n'est pas un homme à admirer mais une civilisation à comprendre. Bon confinement.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. Merci de patienter, je ne les valide pas toujours à la minute ni même quelquefois à la journée.
Les commentaires anonymes et non signés d'une manière ou d'une autre ne seront pas validés.
Comments are moderated. Thank you for your patience, I don't valide them immediatly.
anonymous comments are never validated except if they are signed in the text.