Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, combien en 2016 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 19 janvier 2017

Pater Noster, de Jacques Prévert

Lilou à la barre du défi n°178 des CROQUEURS DE MOTS nous invite à nous faire sourire, voire rire, en se laissant inspirer par des paroles  de gens à qui on donne rarement la parole, à propos d'un paradis parfait sans chips et autres choses d'en bas. Jeudi poésies libres.
Je continue ces jeudis avec Jacques Prévert évoqué dans le défi précédent clic :

"Notre père qui êtes aux cieux
Restez-y"
Ses deux vers me trottent dans la tête. J'ai du les penser très fort car j'avais déjà envie de les mettre en ligne pour les avoir entendu  il y a peu.

PATER NOSTER

Notre Père qui êtes au cieux
Restez-y
Et nous nous resterons sur la terre
Qui est quelquefois si jolie
Avec ses mystères de New York
Et puis ses mystères de Paris
Qui valent bien celui de la Trinité
Avec son petit canal de l'Ourcq
Sa grande muraille de Chine
Sa rivière de Morlaix
Ses bêtises de Cambrai
Avec son océan Pacifique
Et ses deux bassins aux Tuileries
Avec ses bons enfants et ses mauvais sujets
Avec toutes les merveilles du monde
Qui sont là
Simplement sur la terre
Offertes à tout le monde
Éparpillées
Émerveillées elles-mêmes d'être de telles merveilles
Et qui n'osent se l'avouer
Comme une jolie fille nue qui n'ose se montrer
Avec les épouvantables malheurs du monde
Qui sont légion
Avec leurs légionnaires
Avec leurs tortionnaires
Avec les maîtres de ce monde 
Les maîtres avec leurs prêtres leurs traîtres et leurs reîtres
Avec les saisons
Avec les années
Avec les jolies filles et avec les vieux cons
Avec la paille de la misère pourrissant dans l'acier des canons.

Jacques Prévert, Paroles (1945)

Bassin des Tuileries, film Lumière, 1896, durée 49s,
auteur inconnu,  clic

Jacques Prévert, poète et scénariste français, 1900 - 1977
Paroles, de Jacques Prévert, recueil publié en 1946 réunissant les textes de Prévert publiés dans des revues depuis 1930 et notamment clandestines pendant la guerre et compilés par des étudiants de Reims.
Lumière Louis, 1864 - 1948, et Auguste, 1862 - 1954, ingénieurs et industriels français dont le rôle est primordial dans l'histoire du cinéma et de la photographie.

9 commentaires:

  1. Je découvre Jeanne... je pense, et je souris aux deux premières phrases, puis il n'a pas tort pour le reste !! Bon jeudi, bises

    RépondreSupprimer
  2. Quelle bonne idée que ce thème et quelle bonne idée d'avoir choisi ce grand poète qu'est Jacques Prévert !
    Je te fais de gros bisous chère Jeanne et te souhaite une bonne journée.
    Francine Clio

    RépondreSupprimer
  3. Je me souviens très bien avoir appris cette poésie en 5ème. Je trouvais que ça déménageait ! Le ton et le fond étaient assez révolutionnaires à l'époque par rapport aux Classiques que l'on nous donnait à découvrir, et ça me plaisait bien. Le Directeur du Collège, lui, n'était pas très favorable à cet enseignement.
    J'ai gardé mon recueil(un vieux Folio) et je m'y réfère avec délices de temps à autres. Il est vraiment encote toujours d'actualité. Et puis, Jacques Prévert était également collagiste à ses heures...
    Passe une journée bien collée,
    eMmA

    RépondreSupprimer
  4. Il est magnifique ce poème de Prévert Jeanne, merci de l'avoir mis en ligne.
    Bises et bon jeudi

    RépondreSupprimer
  5. J'adore Prévert ! Et ses poèmes ne prennent pas une ride comme celui-ci!

    RépondreSupprimer
  6. Merci pour ce beau texte de Prévert. Il va être mis à l'honneur cette année lors du Printemps des poètes.

    RépondreSupprimer
  7. J'aime beaucoup J.Prévert, mais je ne connaissais pas ce poème.
    Il est magnifique
    Merci
    Passe une belle journée
    Bises
    Maryse

    RépondreSupprimer
  8. C'est l'un des poèmes de Prévert qui revient sans cesse à mon esprit quand je vois ce qui se passe ici ou là...
    Merci de l'avoir déposé ici.
    Bisous et douce journée.

    RépondreSupprimer
  9. Je ne connaissais pas cette prière de Prévert, comme le dit Jill, j'aime bien aussi la première phrase ;)
    Merci pour cet excellent partage.
    Bisous.
    Domi.

    RépondreSupprimer