Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, combien en 2017 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 5 janvier 2017

Bonne année, monologue de Aristide Bruant

Fanfan à la barre du défi n°177 des CROQUEURS DE MOTS nous fait commencer l'année 2017 en chansons avec une chanson parlée pour ce 1er jeudi.
Le grand Bruant, celui des affiches de Toulouse Lautrec et du Lapin agile a aussi écrit et déclamé des monologues qui sont de mon point de vue le slam d'avant la lettre.


Bonne année

Moi, ça m'emmerde l'jour de l'an 
C'est des giri's, c'est des magnières 
On dirait qu'on est des rosières 
Qui va embrasser sa maman

C'en est des fricassé's d'museau : 
Du p'tit môme à la trisaïeule 
Les gén'rations s'lich'nt la gueule 
En d'dans ça s'dit : crèv' donc, chameau !

Su' l'boul'vard on n'est pus chez soi 
Y'a cor' pus d'mond' que les dimanches 
Autour d'un tas d'baraqu' en planches 
Des magnièr's de nich' ousqu'on voit :

Des poupé's, des sing's, des marrons 
Glacés, des questions nouvelles 
Des dragé's, des polichinelles 
J'te vas en fout', moi, des bonbons !

Tas d'prop' à rien, tas d'saligauds 
Avec vos môm', avec  vos grues 
Vous m'barrez l'trottoir et les rues 
J'peux pus ramasser mes mégots

C'est qu'il a du mal, el'trottoir 
Pour caler les jou' à son monde 
J'peux pas compter su' ma gironde 
On me l'a ramassé' l'aut' soir.

Et faudrait qu'j'ay' el'coeur content ? 
Ah ! nom de Dieu ! c'est rien de l'dire 
J'étais ben pus chouett' sous l'empire
Aristide Bruant, Monologue, 1900


Aristide Bruant, 1851 - 1925, chansonnier et écrivain français, l'un des créateurs de la chanson réaliste
slam, poésie urbaine déclamée dans la rue ou dans des vidéos sur le web, tournois de performance de poésie

A défaut de l'entendre par Marc Ogeret comme je l'ai entendu sur FranceInter dans mon demi-sommeil du matin, si vous avez du temps ou au moins le temps d'écouter le premier slameur Poison d'avril (4 min):
Finale Slam 2013 - Partie 1 (1h10)

petit bonus de dernière heure : Guillaume Meurisse, rencontre avec un SDF

12 commentaires:

  1. En voilà un qui ne mâche pas ses mots sur le jour de l'an !!! Ca me fait penser à un clodo chez qui on est "entré", envahissant son lieu de vie, sa tranquillité, merci Jeanne, bises

    RépondreSupprimer
  2. Un peu gênée par le patois. J'ai du relire 2 fois mais j'aime le regard de ce SDF sur le jour de l'an des nantis. Merci de la découverte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'ai hésité à en écrire la "traduction" le temps m'a manqué.

      Supprimer
  3. C'est vrai que je suis plutôt soulagée de ne plus être au boulot, où l'on passait un mois à se la souhaiter, la bonne année !
    Aujourd'hui, je peux choisir, vraiment, ceux à qui je veux dire sincèement "Bonne année".
    BONNE ANNEE, Jeanne.
    Au fait, j'adore ton éphéméride.
    Je t'embrasse,
    eMmA

    RépondreSupprimer
  4. Très beau texte de Bruant, j'ai adoré le relire. Merci Jeanne.
    Bises et bon jeudi

    RépondreSupprimer
  5. Une découverte qui reste d'actualité malheureusement !

    RépondreSupprimer
  6. je me souviens de "ces fricassées de museaux"... bravo Jeanne

    RépondreSupprimer
  7. Je le connaissais déjà mais j'ai adoré le relire...
    Merci, Jeanne.
    Bisous et douce journée.

    RépondreSupprimer
  8. Effectivement, c'est du slam avant l'heure avec la truculence d'Aristide Bruant. Je vais essayer de trouver cette lecture.Un bon choix.
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  9. Un texte très contemporain et renseigne autant sur le mal-être de nos sociétés actuelles que de celles du début du siècle dernier, hélas!

    RépondreSupprimer
  10. je comprends très bien ce point de vue...qui aurait envie de souhaiter une mauvaise année à ceux qu'on n'aime pas?et souhaiter une bonne année mais ne pas regarder le SDF qui attend une pièce dans le froid, c'est ....écoeurant....et comme tant qu'on est vivants les années se suivent, souhaiter une bonne année, je le fais par la force de la coutume ou j'oublie c'est selon ; pour moi çà ne veut pas dire grand chose bien souvent....

    RépondreSupprimer