Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, encore 123 en 2017, 121 en 2018 ? 101 femmes depuis le 1e janvier 2019 en France (2 septembre 2019) , soit une femme tous les deux jours ! accélération ou meilleure visibilité ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

vendredi 6 décembre 2019

Rencontre

Pour la page 155 de l'Herbier de poésies 

C'était LA légende familiale. Ceux qui avaient l'âge d'avoir connu cette époque disaient tous que c'était la réalité.

Été 1928. Les années folles n'en ont guère pour plus d'un an à écouler ses jours dans l'enthousiasme et l'insouciance qui ont suivi la Der des Der. Et par amour,

Elle allait bientôt
laisser aux autres cousettes
les soies de Chanel

Les fenaisons avant les moissons, les fêtes villageoises, de comices agricoles en concours de pêche, généraient d'improbables rencontres. Proximités éphémères, frôlements sur pas de danse, ouvriers et patrons, ruraux de la terre et artisans du bourg, payses et urbains en vacances.

Il était venu
quelques mois tirer les fils
des lignes électriques

Une pluie soudaine. Elle avait un parapluie. Il n'en avait pas. C'est elle qui lui avait proposé un coin d'abri. La fin de l'été consacra leurs fiançailles. L'été suivant ferait de leur noce une fête citadine.

La jeune parisienne
pour des chemins de campagne
a quitté la ville

L'espoir revenu après la Grande Dépression et la Guerre d'après, des voix chantaient dans le poste de tsf plaqué d'acajou. Des voix pour "Un jardin extraordinaire", "La chasse aux papillons", "Le petit chemin qui sent la noisette", ... Ils se souvenaient du premier poste à galène monté dans les débuts de leur mariage. Ils y écouteraient radio Londres, en cachette dans le grenier. Et bien plus encore.

"un p'tit coin d'paradis
contre un coin d'parapluie
elle avait quelque chose d'un ange"*

Cet été s'annonçait joyeux enfin, avec leur petite dernière et leurs deux petits enfants pour fêter en famille leurs noces d'argent. "Le parapluie" de Georges Brassens était depuis deux ans leur hymne familial et ils se disaient tendrement qu'ils auraient pu reprendre chacun d'autres routes, comme dans la chanson.

Il y eut d'autres écueils
surmontés ensemble
jusqu'au jour inévitable.

Depuis plus de quarante ans pour lui, vingt ans pour elle, ils me manquent.

©Jeanne Fadosi, mercredi 03 décembre 2019
à découvrir le vendredi soir  ou le samedi
avec les autres brins sur la page 155 de L'Herbier



* Refrain de Georges Brassens, Le parapluie, chanson enregistrée en 1952, reprise dans le film Rue de l'Estrapade en 1953, deuxième titre du premier album de Brassens La mauvaise réputation, 1954, dont le premier titre fut durablement censuré.

6 commentaires:

  1. On peut supposer que tu parles de tes parents Jeanne… Rien ne les remplace, ils sont partis et cependant demeurent en nous… Les miens habitaient la même rue, alors un jour a fait que… ;-) bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu as tout à fait raison Jill et tes parents ... sourires ... bises

      Supprimer
  2. Tendresse et émotion se dégage de ton texte, un bel hommage à ceux qui t'ont donné la vie !

    RépondreSupprimer
  3. Ils ne cesseront jamais de nous manquer...

    RépondreSupprimer
  4. C'est vraiment un bel hommage à tes parents, Jeanne !
    Bon dimanche,
    Bises♥

    RépondreSupprimer
  5. Un tres bel hommage à tes parents Jeanne

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. Merci de patienter, je ne les valide pas toujours à la minute ni même quelquefois à la journée.
Les commentaires anonymes et non signés d'une manière ou d'une autre ne seront pas validés.
Comments are moderated. Thank you for your patience, I don't valide them immediatly.
anonymous comments are never validated except if they are signed in the text.