Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, encore 123 en 2017, 121 en 2018 ? 101 femmes depuis le 1e janvier 2019 en France (2 septembre 2019) , soit une femme tous les deux jours ! accélération ou meilleure visibilité ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

vendredi 27 décembre 2019

Labœurs*

Pour la page 157 bis de l'Herbier de poésies 

Labœurs*

Chacun des deux frères a pris en charge un attelage, aidé d'un bouvier. Rosa les observe, elle fusains et carnet de croquis à la main, eux suant déjà dans la lumière du matin. La charrue a remplacé l'araire pour labourer plus profond. Elle est plus lourde et moins maniable que l'araire et ils ont loué d'autres bœufs.

Peste soit le Père
qui promettait un trésor
dans le conte d'antan.

Le Père a fait pire ou est-ce eux qui ne l'ont pas bien écouté ? Ils ne savent plus que la terre n'est pas un héritage mais un emprunt aux générations futures. Bonne fille, elle commencera par leur donner des récoltes généreuses.

Ils n'ont guère appris à lire.
Là-haut La Fontaine sourit.

©Jeanne Fadosi, mercredi 25 décembre 2019
à découvrir le vendredi soir  ou le samedi
avec les autres brins sur la page 157 bis de L'Herbier


Rosa Bonheur, Labourage nivernais, 1848, gros plan


* ce n'est pas une faute d'orthographe.

Virgule sonore : une version en vieil argot de la fable de Jean de La Fontaine,
Le laboureur et ses enfants

Yves Deniaud, Le glaiseux et ses lardons

3 commentaires:

  1. Un vieil argot pas facile à comprendre, pour moué ! La terre nous l'empruntons à nos enfants, eh oui, faudra la leur rendre, en bon état si possible, mais ça c'est une autre histoire…

    RépondreSupprimer
  2. Et, j'y vois ce sourire de notre bon Jean de La Fontaine !
    Bon vendredi à toi, Jeanne !
    Bises♥

    RépondreSupprimer
  3. Merci Jeanne pour ce clin d’œil en argot à Jean de La Fontaine et à ton texte pour accompagner l'oeuvre de Rosa Bonheur . Nous en avons parlé il y a peu avec le fiston et mon mari en marchant dans Paris pour attraper à temps notre unique train pour rentrer à Amiens, après avoir été au musée d'Orsay .
    Bon dimanche
    Bises

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. Merci de patienter, je ne les valide pas toujours à la minute ni même quelquefois à la journée.
Certains rencontrent des difficultés à renseigner leurs liens : vous pouvez signer votre commentaire de votre nom ou pseudo, merci
Comments are moderated. Thank you for your patience, I don't valide them immediatly.
anonymous comments are never validated except if they are signed in the text.