Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, encore 123 en 2017, 121 en 2018 ? 101 femmes depuis le 1e janvier 2019 en France (2 septembre 2019) , soit une femme tous les deux jours ! accélération ou meilleure visibilité ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

dimanche 11 août 2019

Pastiche au pastis, de Jeanne Fadosi

dans le prolongement du dernier jeudi poésies de l'été Clic --->

Pour le défi 167 c’était votre commandant Dômi qui s’y collait. Le thème : La parodie
La parodie consiste à imiter un texte en le caricaturant, dans l’intention de s’en moquer et de faire rire.
Dômi nous proposait donc de parodier un texte, un poème, une chanson …



 Désolée Dômi, je me suis un peu écartée de la feuille de route car mon intention n'était pas de me moquer du texte détourné mais de m'en servir comme support pour railler ce que je mets en situation. J'ai donc écrit un pastiche (exercice de style en hommage plus ou moins respectueux) et non une parodie.
J'en demande pardon à Baudelaire du fond des entrailles de la Terre, et au Tasse, ainsi qu'aux cafetiers dont les établissements créent du lien et de la convivialité au coeur des villages pour autant qu'ils n'y encouragent pas les abus que j'évoque ci-dessous.
Je ne m'en excuserai pas auprès des légataires de Baudelaire, chargés de la sauvegarde des droits moraux de l'auteur. J'ai l'intuition qu'il n'en aurait pas du tout voulu et même aurait plutôt souri à l'impertinence de la vieille gamine qui a respiré la poussière de plomb en courant dans les allées de l'atelier qui lui permit d'être édité.

Sur la tasse en boisson
                                     du génie de la part des anges.
Le poivrot au bistrot, débraillé, addictif,
Roulant ses cigarettes, buvant l'apéritif,
Chasse de son regard que l'ennui rend atone
L'araignée au plafond qui rogne ses neurones.
Les rires enivrés dont s'emplit la maison
Vers des propos méchants invitent la déraison.
Le sûr et certain tonne et le fiel ridicule
Hideux et multiforme entre les verres circule.
Ce simplet enfermé dans un mental malsain,
Ces grimaces, ces cris, ces copains dont l'essaim
Tourbillonne, aviné autour de la bouteille,
Ce baveux, que les vapeurs du troquet endort,
Voilà bien ta devise, sot à l'esprit retors
Que tes croyances étouffent sans troubler ton sommeil.
Jeanne Fadosi, vendredi 27 mai 2016, pastiche à partir de
Sur Le Tasse en prison, d'Eugène Delacroix, de Charles Baudelaire

Siesteur au banquet,
pastel sec sur pastel card, 2013-2014
Retrouver le vrai poème et son commentaire composé sur le blog de mémoires de prof
Sur le Tasse en prison, d'Eugène Delacroix, de Charles Baudelaire


2 commentaires:

  1. Je suis allée lire l'original... je dois dire que je ne m'en souvenais pas, et j'ai pourtant dû le lire un jour. :(
    Ton pastiche me plaît beaucoup.
    Pourquoi faut-il que l'alcool préside toujours aux réunions amicales ?
    Il fait tant de dégâts !
    Passe une douce journée.

    RépondreSupprimer
  2. Merci Jeanne pour cette bonne rediffusion !
    Bonne fin de soirée et belle semaine,
    Bises♥

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. Merci de patienter, je ne les valide pas toujours à la minute ni même quelquefois à la journée.
Certains rencontrent des difficultés à renseigner leurs liens : vous pouvez signer votre commentaire de votre nom ou pseudo, merci
Comments are moderated. Thank you for your patience, I don't valide them immediatly.
anonymous comments are never validated except if they are signed in the text.