Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, combien en 2016 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

vendredi 9 juin 2017

Poétiser, une question de regard ?

Pour les brins poétiques 78 de L'Herbier de poésie et en ultime clin d’œil au blogueur en alexandrins Henri et à son "dernier souffle de printemps"

Poétiser, une question de regard ?

Un titre énigmatique
Pour cette image poétique
"éponge trois" ultime barouf d'honneur
Trois petits tours et s'envolent les fleurs ...

De six à douze
de cinq à sept ou neuf ou onze,

Des rythmes binaires
pas cadencés ou quadrilles
aux valses impaires,

Tout est affaire d'alchimie
entre musique et danse et sens ;

Et par delà les querelles vaines et sans fin, par delà toutes les frontières mentales, l'image sans les mots s'offre au regard de qui sait s'arrêter, juste un instant, juste pour "l'intuition de l'instant"*.
©Jeanne Fadosi, mercredi 7 juin 2017
pour l'herbier de poésie 78 
à voir sur la page 78 de L'Herbier

Jamadrou, Eponge3

Georges Brassens, Les copains d'abord

9 commentaires:

  1. Bonsoir Jeanne, nous aurons tous un jour notre dernier printemps, la vie ne retient pas, hélas... joli tout, poétiser, oui une question de regard sur les choses de la vie et puis l'art... aussi ! Merci, bises

    RépondreSupprimer
  2. Bravo Jeanne j'aime beaucoup. Beau week-end et à lundi.

    RépondreSupprimer
  3. Tu as bien poétisé cette image Jeanne, bravo !
    Bises et bon vendredi

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Jeanne,

    "Poétiser, une question de regard?"
    Pour ma part, je pense que oui.
    Le titre, m'a semblé étrange et je ne m'y suis pas arrêtée,
    Laissant ce soin à quelqu'un d'autre. :)

    La valse des pétales
    Des parfums
    je te rejoins sur ce chemin là

    Douce journée àtoi Jeanne
    Bises

    RépondreSupprimer
  5. J'aime ton alchimie printanière en valses impaires !

    RépondreSupprimer
  6. Oui, tout est affaire d'alchimie entre l'œil et l'oreille, surtout du cœur.
    Merci, Jeanne.

    RépondreSupprimer
  7. Jeanne que ce dessin serve de tapis volant à l'âme d'Henri (que je ne connaissais pas) pour passer de l'autre côté des choses, ce serait bien.
    Oui la poésie est la fulgurance de mots dans l'instantané d'un regard
    Bachelard parle de l'intuition de l'instant, oui c'est cela: sentir que cet instant est porteur d'un tout qui nous dépasse et sentir qu'il y a urgence à l'immortaliser (avec des mots ou avec des couleurs
    Quand j'ai commencé ce dessin, je pensais à la terre qui est une éponge de toutes nos belles et vilaines action et puis il y a eu montée en puissance oppression excitation...le dessin n'a pas suffit, il y a eu les mots
    on peut retrouver tout ça ici: http://jama.e-monsite.com/pages/mois-d-avril/26-eponge.html
    puis là: http://jama.e-monsite.com/pages/mois-d-avril/26-eponge-suite.html
    et enfin en 3 ici:http://jama.e-monsite.com/pages/mois-d-avril/26-eponge-suite.html
    c'était en avril 2015
    cette image aujourd'hui ne m'appartient plus, elle ne s'appelle plus éponge mais "Souffle de printemps"
    et mes mots, mon ressenti, sont différents ils sont le fruit de mon regard d'aujourd'hui: juin 2017




    RépondreSupprimer
  8. Je suis tout à fait d'accord avec ta conclusion... très belle page, Jeanne, comme toujours.
    J'aime beaucoup.
    Bises et douce soirée.

    RépondreSupprimer
  9. L'alchimie des mots, de la cadence, la musique accompagne le souffle d'un printemps qui s'achève et qui a été plein de bas et de hauts mais on en a l'habitude, la poèsie nous aide à traverser les aléas de la vie...
    Bonne journée Jeanne

    RépondreSupprimer