Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, combien en 2016 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 29 juin 2017

De rêves en voyages, de voyages en désillusions

Sur le théâtre de la vie, tout le monde à la barre des CROQUEURS DE MOTS pour le défi n°189, dernier de la saison avant les destinations de l'été et de nouveaux projets à la rentrée en un nouveau voyage "Fiction ou réalité"avec le mot "voyage" à insérer dans le défi.
Voyage en poésie, c’est aussi un beau sujet pour les jeudi en poésie.
Il y a tant de façons de voyager, tant de raisons aussi ...

Jean-Michel Folon, Le jardin des roses à Florence


Rêver de voyages
Rêver ses voyages
Ou voyager pour rêver ?

Sous les doigts d'artiste
L'imaginaire devient vrai
Pour faire voyager en rêve.

Comme une répétition, encore et encore, 
Aux portes de l'exil
le rêve au bout du coeur
avant l'embarquement
sur la mer aux infinies nuances
tant d'espoir et de crainte mêlés
Dans la nuit de lune
l'étreinte au coeur d'angoisse
l'espoir irrationnel
porte au delà de tout
vers l'autre rive encore.


De la rive aperçue
la route est longue encore
les obstacles innombrables
les périls innommables.

Ils ont fui un enfer
ont longtemps hésité
ont longtemps résisté
à tout abandonner
une maison un métier.

tout laisser derrière soi
les plus faibles trop las
de se mettre en chemin
les tombes des aïeux
les souvenirs d'enfance

Un enfer pour un autre
un ban pour d'autres bans
Répétition ...
©Jeanne Fadosi, samedi 30 juillet 2016, 

Enfant de nulle part


Douleur d'avoir perdu sa terre natale, douceur douloureuse qui fait tenir debout.
Quelle Terre a-t-il emporté en poussière dans ses poches, l'enfant du voyage né entre deux rivages, ou dans la boue d'un camp immonde ?
De quelle Terre se sent-il né, cet enfant de l'errance ballotté de rejets en rejets ?
Vers quelle Terre peut-il espérer construire son monde dans ce monde ?
A quelle Terre peut-il se confier, l'enfant de la Terre, d'où qu'il soit, où qu'il aille, là où il est cet instant, pour quelques heures ou pour l'éternité ?
©Jeanne Fadosi, mardi 07 mars 2017
à voir sur L'Herbier de poésies

Calais, pendant l'évacuation, fin février 2016

Avec en fil rouge mes réflexions sur le voyage :

7 commentaires:

  1. J'ai aimé. C'est difficile de tout abandonner peut être pour toujours rêver d'un monde melleur et vivre ailleurs dans la misère : désillusion

    RépondreSupprimer
  2. Dans le voyage il y a une différence entre un bateau de croisière et celui d'un exode... dans la vie on ne fait pas tjs ce que l'on veut, mais peut, certes on aimerait tant avoir une vie de rêve, merci Jeanne, bises

    RépondreSupprimer
  3. D'un exil à l'autre, certains sont plus durs que d'autres, tous sont des épreuves :

    Écho :

    Chaque montagne a son écho. Ceux des miennes me sont essentiels. Les siennes sont si lointaines !
    Cela fait longtemps déjà qu’il est parti. Il a traversé plusieurs pays, pluie, bourrasques, tempêtes extérieures, tempêtes intérieures, contre vents et marées il a cheminé…
    D’un pays à l’autre, ici, ailleurs, ailleurs encore, ailleurs toujours, de rares sourires, beaucoup de peurs, de nombreuses frontières, jamais un regard en arrière…
    Des montagnes, des vallées, des rivières, des égarements citadins, plus loin, très loin, avancer sur des chemins incertains…
    Un jour, espérer le but atteint, poser son regard sur demain, souffler enfin…Mais au fond de sa mémoire, en fermant les yeux le soir, entendre résonner la voix de ses montagnes, et se permettre une larme…
    ABC

    RépondreSupprimer
  4. coucou-
    ce sont plusieurs participations ??
    bien belle plume, tu es douée Jeanne- je ne saurais faire de la sorte-
    bravo ! bisous et à bientôt-

    RépondreSupprimer
  5. De tres beaux écrits sur le thème du voyage , il en est de vraiment difficile à entreprendre , quitter son pays , sa terre parceque c'est indispensable pour vivre , un enfer pour un autre oui tres souvent .
    J'ai bien aimé aussi ta réflexion sur les voyages pour fuir l'ennui, la mort . Oui une façon de repousser ses limites toujours un peu plus loin .
    Bonne soirée
    Bisous

    RépondreSupprimer
  6. entre voyage et partir sans retour... tout est dit

    RépondreSupprimer
  7. Tu as bien fait de regrouper sur ta page ces écrits sur les voyages.
    J'aime bien le tableau de Folon, j'aime aussi tes réflexions.

    C'est vrai que les voyages ne sont pas tous d'agrément et que nous n'avons pas toujours en tête ceux que la vie oblige à faire, au détriment de soi et de ses souvenirs.

    Merci pour cette page, Jeanne.

    RépondreSupprimer