Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 25 février 2016

L'art, de Théophile Gautier

Lénaïg, à la barre du défi n°160 des CROQUEURS DE MOTS fait sortir le loup du bois un personnage de son livre, avec pour le 2e jeudi poétique, un poème soulignant les mystères de l'inspiration.

L'art
Oui, l'oeuvre sort plus belle
D'une forme au travail
Rebelle,
Vers, marbre, onyx, émail.
Point de contraintes fausses !
Mais que pour marcher droit
Tu chausses,
Muse, un cothurne étroit.
Fi du rythme commode,
Comme un soulier trop grand,
Du mode
Que tout pied quitte et prend !
Statuaire, repousse
L'argile que pétrit
Le pouce
Quand flotte ailleurs l'esprit :
Lutte avec le carrare,
Avec le paros dur
Et rare,
Gardiens du contour pur ;
Emprunte à Syracuse
Son bronze où fermement
S'accuse
Le trait fier et charmant ;
D'une main délicate
Poursuis dans un filon
D'agate
Le profil d'Apollon.
Peintre, fuis l'aquarelle,
Et fixe la couleur
Trop frêle
Au four de l'émailleur.
Fais les sirènes bleues,
Tordant de cent façons
Leurs queues,
Les monstres des blasons ;
Dans son nimbe trilobe
La Vierge et son Jésus,
Le globe
Avec la croix dessus.
Tout passe. - L'art robuste
Seul a l'éternité.
Le buste
Survit à la cité.
Et la médaille austère
Que trouve un laboureur
Sous terre
Révèle un empereur.
Les dieux eux-mêmes meurent,
Mais les vers souverains
Demeurent
Plus forts que les airains.
Sculpte, lime, cisèle ;
Que ton rêve flottant
Se scelle
Dans le bloc résistant !
Théophile gautier, Emaux et camées

Théophile Gautier, 1811 - 1872, poète écrivain et critique français

Théophile Gautier, Mailly, 1867







8 commentaires:

  1. Ah que dire après cette lecture, respect à la plume de Théophile et aux hommes dans le travail... Merci Jeanne, bises

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ce partage d'un poème sur l'inspiration du sculpteur et du peintre. Le poète n'en manquait pas d'inspiration. Après une pause "petites filles", je reviens avec plaisir sur ton blog enrichie par une année de plus. Beau jeudi

    RépondreSupprimer
  3. Quand je pense que Gainsbourg estimait s'adonner à un art mineur (en chanson)...

    RépondreSupprimer
  4. et après Théophraste voici Théophile...et celui là en matière d'art il s'y connaissais Baudelaire l'a bien dit !!!

    RépondreSupprimer
  5. belle écriture, " Mais les vers souverains demeurent Plus forts que les airains"un peu trop confiant, non ? "

    RépondreSupprimer
  6. Merci pour ce magnifique partage Jeanne ! J'♥ ! Bon vendredi tout entier ! Bises♥

    RépondreSupprimer
  7. Où comment garder toujours en soi la fraîcheur de la création!

    RépondreSupprimer