Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, combien en 2016 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 4 février 2016

A Climène, de Nicolas Boileau

Suivi de Sur Madame Claude et Jean, son époux, de Nicolas Boileau

C'est Fanfan qui a mis son uniforme de capitaine de quinzaine  des CROQUEURS DE MOTS et la feuille de route du défi n° 159 é visible depui son blogue de joilleuse retrétée
Pour les jeudis en poésie , ce sera sur l'amour(en vers ou en chansons)


Pour rester dans le ton joyeux du défi proposé, je ne m'attendais pas à trouver cet humour chez Boileau et comme le premier épigramme est court, je vous en propose un deuxième en prime

À Climène


Tout me fait peine,
Et depuis un jour
Je crois, Climène,
Que j'ai de l'amour.
Cette nouvelle
Vous met en courroux.
Tout beau, cruelle,
Ce n'est pas pour vous !
Nicolas Boileau, 1693 ? , Épigrammes


De six amants contents et non jaloux
Qui tour à tour servoient madame Claude,
Le moins volage étoit Jean son époux :
Un jour pourtant, d'humeur un peu trop chaude,
Serroit de près sa servante aux yeux doux,
Lorsqu'un des six lui dit : Que faites-vous?
Le jeu n'est sûr avec cette ribaude.
Ah! voulez-vous, Jean-Jean, nous gâter tous?
Nicolas Boileau, Épigrammes, date non précisée

Peter Leermans (1655-1706) : Le Trompette et la Servante. Saisie révolutionnaire 1794

10 commentaires:

  1. Bonjour Jeanne... Tant pis pour Climène en un, quant au deux... madame Claude était une gourmande côté plaisir charnel, son époux le moins volage, mais tout de même.... sourire ! Bises de JB

    RépondreSupprimer
  2. Merci de cette découverte, je préfère le premier dans sa forme plus moderne et il m'a fait sourire. Beau jeudi

    RépondreSupprimer
  3. De l'amour, de l'amour, certains le chantent, d'autres l'écrivent, heureux ceux qui le vivent !

    RépondreSupprimer
  4. Ils ne fréquenteront plus la belle Claude
    Après que Jean soit contaminé par la ribaude !

    RépondreSupprimer
  5. Coucou Jeanne, merci beaucoup, je ne peux pas dire que je connaissais Boileau, voilà qui est réparé grâce à toi et je ne suis pas déçue ! Son humour me donne envie d'en savoir plus. Gros bisous !

    RépondreSupprimer
  6. En effet beaucoup d'humour dans les écrits de Boileau. Je ne connaissais pas le personnage que par la station de métro proche de chez moi hihi!!! Bon j'exagère, mais j'étais loin de penser qu'il était écrivain ;)
    Bises Jeanne, j'essaie de m'y remettre tout doucement.
    Domi.

    RépondreSupprimer
  7. Ah l'amour galant existe-t-il encore de nos jours, je doute....

    RépondreSupprimer
  8. Effectivement ,je ne voyais pas du tout Boileau sous ce jour coquin et humoristique.
    C'est de 'amour à risques de fréquenter madame Claude et sa servante!
    PS, j'ai apprécié l'orthographe de l'annonce! hi!hi!

    RépondreSupprimer
  9. Un très bon choix Jeanne ! J'♥ ! Bon vendredi tout entier ! Bises♥

    RépondreSupprimer
  10. Ah Jeanne! Mer-ci!!
    J'ai le sourire "banane"
    le premier poème de Boileau est bien tourné gardant pour la fin, la surprise. Je'adore la cute! Quel humour!

    Et le second me plaît bien aussi. D'un style désuet, certes, loin de notre langage moderne. Mais l'esprit, lui, est formidable d'humour. Tout pareil, surprise à la fin.

    j'aime!

    Bises de bonne journée.( je suis ravie de ce bon moment léger et souriant )

    ;)

    RépondreSupprimer