Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, combien en 2016 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 29 octobre 2015

Théodora si c'est une fille

Domi à la barre du défi n°153 des CROQUEURS DE MOTS nous invite à "thématiser de la plus belle façon la naissance". Les jeudis en poésie ont quartier libre ou peuvent  être inspirés par ce thème de la naissance.
Un sujet qui, en revisitant les archives de mon blog, m'a inspiré plusieurs fois.
J'en profite donc pour rééditer ce poème écrit à l'origine pour le prénom du mercredi de JB du 25 janvier 2012 et remisé ICI.


Filémon, souviens-t-en naguère,
Devant un certain nouveau-né,
A murmuré à sa bergère
- Je veux  avec toi pouponner.
Elle a pris son plus beau sourire
Pour éclairer son doux visage
Et lui dit - c'est avec plaisir
Qu'une naissance j'envisage.
D'ici quelques brèves semaines,
Tu verras bien dessous mon sein
S'arrondir enfin ma bedaine ;
C'est maintenant plus qu'un dessein.
Inutile de les espérer
Ni dans les choux ni dans les roses :
Dans mon giron elle est nichée,
D'ici neuf mois sera éclose.
- Elle ? le brave berger murmura !
- Certes, je n'en sais rien encore ...
Bénie des dieux, Théodora,
Sinon Il sera Théodore.
Jeanne Fadosi, mardi 24 janvier 2012

figurines berger bergère, crèche
Johannes Vermeer,
femme en bleu lisant une lettre,
 1662-63
pour le prénom du mercredi de JB

Joachim Sorolla, Mère, 1895


Dernière minute : 
(petit rappel salutaire entendu au réveil dès potron-minet)
jeudi prochain 5 novembre 2015 
Journée de sensibilisation nationale contre le harcèlement à l'école
(Plus généralement ce sera le premier jeudi qui suivra les vacances d'automne)

10 commentaires:

  1. A sa relecture je m'en souviens.... merci Jeanne... le harcèlement à l'école a tjs existé, les enfants ne sont pas tous des braves petits... Bises de jill

    RépondreSupprimer
  2. Très joli poème sur la naissance et son désir.
    Merci pour le rappel car c'est exactement le jour où je reprends mes lectures en CP dans le cadre de Lire et Faire lire. Je vais tâcher de trouver une histoire sur ce sujet difficile.
    Bonne journée,
    eMmA

    RépondreSupprimer
  3. C'est tout mignon et plein de tendresse!

    RépondreSupprimer
  4. Eh ! Oui, il tombe juste à point, ce magnifique poème Jeanne, pour réponde à ce beau défi !
    J'♥ beaucoup, beaucoup ! Bonne et belle soirée !
    Bises♥

    RépondreSupprimer
  5. merci pour ton texte
    le harcèlement existera encore - les parents doivent être vigilants ... mon frère a suivi des cours de judo qui lui ont fait beaucoup de bien - et il a retrouvé bien des années et des années plus tard son persécuteur .. qui finalement a un caractère toujours très instable. Bises

    RépondreSupprimer
  6. Bonsoir Jeanne. Tendre poème pour de modestes bergers à la lumière de la Nativité, la naissance c'est aussi l'attente, avant ! Merci pour le rappel sur le problème du harcèlement à l'école, où il faut agir sur deux fronts : neutraliser les harceleurs et faire comprendre au harcelé que ce triste jeu ne doit pas détruire sa personnalité et qu'il ne doit pas prendre les lâches et stupides insultes pour argent comptant. Un phénomène qui n'existait pas encore à cette échelle quand j'étais écolière. Bises !

    RépondreSupprimer
  7. Coucou Jeanne
    J'adore ! Très tendre ... mignon comme tout !
    Tu as bien fait de le rééditer, ce qui m'a permis d'en prendre connaissance !!!

    Pour le harcèlement à l'école, c'est toujours les plus gentils qui se font tomber dessus ! Injustice qu'il fallait à tout prix réparer... empêcher ! Non mais !
    Les méchants repèrent vite les proies, et ce à tout âge ....

    Bisous Jeanne et merci

    RépondreSupprimer
  8. Un suspens qui disparaît avec les échographies qui sont devenues fiables.

    RépondreSupprimer
  9. Une bien jolie fable on attend la naissance avec impatience!

    RépondreSupprimer
  10. J'aime beaucoup ce poème...
    Pour le harcèlement à l'école, je crois hélas que nous allons de mal en pis...

    RépondreSupprimer