Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

lundi 2 novembre 2015

Défi n°153 : (re)naissance

Dernière minute : c'est moi qui m'y colle lundi prochain
 pour lancer le défi suivant (n°154)

Domi à la barre du défi n°153 des CROQUEURS DE MOTS nous invite à "thématiser de la plus belle façon la naissance" en utilisant les mots d'une proposition parmi cinq.

La vie, chaque jour, est une éternelle renaissance
Prologue : Je vais vous le faire court car étant pressée de naître, je ne sais pas vraiment sous quel signe je suis née. Est-ce celui de ma naissance prématurée d'un mois ou de celui de ma naissance attendue ? Je ne sais pas non plus si je suis née sous une bonne étoile, juste que j'aurais dû mourir plusieurs fois et que mon heure n'était pas venue.
Un dimanche d'octobre, en fin de matinée, profitant d'une radieuse matinée de soleil, je suis partie à la chasse en images aux couleurs de l'automne. D'accord, je me suis fait violence pour surmonter mes réticences à me promener en cette saison et je suis restée prudemment sur l'asphalte de la route à proximité du hameau. Même que je voyais encore les maisons ... Les feuilles rivalisaient d'or, de jaune, de rouge, de brun, parmi les verts encore nombreux. Quand soudain, panique, pan pan. J'ai fait demi-tour en vitesse. Le chasseur, aperçu dans un champ à cinquante mètres des premières habitations, cachait son fusil à l'objectif de mon apn et avait l'air plus penaud que combatif. Mais tout de même ! On a eu chaud, mon paletot d'un marron trop passe-partout et moi. Pourtant, promis, juré, la capuche dans son dos est bordée de fausse fourrure ...
Heureusement, j'avais eu le temps de faire une belle moisson de pixels avant cette contrariété. Le dimanche suivant, j'ai renoncé à mon envie de promenade malgré le beau temps.


session de rattrapage, (honte j'avais oublié !!!) Heureux anniversaire Dômi !

9 commentaires:

  1. Bonjour Jeanne, c'est de saison la chasse, mais être prise pour un laie... ah non alors... on fait attention à sa peau en ce moment à la campagne !!! Non lundi Croqueurs, bises de JB

    RépondreSupprimer
  2. A cause de la chasse, je n'ai pu randonner dans le Vexin en octobre comme je l'aurais souhaité. On voyait des chasseurs partout. Belle réponse au défi de Domi. Coucou me voici de retour après une semaine de bonheur avec ma petite famille. Belle journée

    RépondreSupprimer
  3. Oublier ce paletot désormais, surtout quand il y a des chasseurs à l'affût. ;(
    J'aime beaucoup ton récit, Jeanne.
    Bises et douce journée.

    RépondreSupprimer
  4. il y a des accidents avec ces chasseurs imprudents qui tirent dès qu'ils entendent un bruit . Il faut faire attention ! Moi, je chante pour qu'on ne me confonde pas avec un sanglier! Bises

    RépondreSupprimer
  5. Coucou Jeanne
    C'est si vrai ce que tu nous racontes... Les chasseurs sont partout, avec leurs gilets oranges ! Avons renoncé pour l'instant aux balades dans les bois, les loups n'y sont plus, mais les bigleux armés de leurs fusils, si !
    Mets vite un gilet fluo, et un chapeau rigolo à clochettes... et girophare !
    Bisous et bravo...

    RépondreSupprimer
  6. Naissance et promenade, quel beau programme, on voit que tu étais déjà curieuse, hélas le danger se profile toujours à l'horizon, prudence!

    RépondreSupprimer
  7. Magnifique texte, Jeanne ! J'♥ beaucoup ! Je dis heureusement pour la fausse fourrure, mais de loin ... ouf ! Bon mercredi tout entier ! Bises♥

    RépondreSupprimer
  8. un texte original et heureusement, cela se termine bien. Bises ... et les chasseurs sachez que la terre ne vous appartient pas ... ils font trop souvent la tête de voir des promeneurs.

    RépondreSupprimer
  9. Me voici enfin pour découvrir tous vos présents. je suis comblée d'autant de chaleur ce qui me réconforte beaucoup en cette période difficile.
    Merci à toi pour cette anecdote , désormais je prendrai garde lorsque j'irai me promener en forêt.
    Bises Jeanne.
    Domi.

    RépondreSupprimer