Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, combien en 2016 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 10 septembre 2015

La marchande d'habits, de Stéphane Mallarmé

Quartier libre donné par lilou pour ce 2e jeudi en poésie du défi n°149 des CROQUEURS DE MOTS. Après un 1e jeudi avec les oiseaux et un défi à contraintes de mots qui m'ont emmené dans les prés et les champs.


Préambule :
L'envie d'accorder le poème avec un ou plusieurs de ces mots me suggéra la requête "poésie plantes aromatiques" (j'ai hésité avec médicinales). Mon chemin googléen a conduit mon errance à un poème de Stéphane Mallarmé. "La marchande d'herbes aromatiques" m'a déconcerté par son étrangeté.
Le poème que je vous propose me parle, sans doute à mille lieux des pensées qui ont convoqué son écriture par Mallarmé.

La marchande d'habits

Le vif œil dont tu regardes
Jusques à leur contenu
Me sépare de mes hardes
Et comme un dieu je vais nu.

Stéphane Mallarmé, poésies, 1899


Stéphane Mallarmé, 1842 – 1898, poète français

Ernest Pignon Ernest 
Ernest Pignon Ernest, né en 1942, plasticien initiateur de l'art urbain (street art)
son site officiel 

18 commentaires:

  1. Stéphane Mallarmé est toujours surprenant...

    RépondreSupprimer
  2. Oui je rejoins Josette et déjà en 42; je découvre ! Merci Jeanne, bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu sais, je connais aussi très mal Mallarmé mais sa poésie s'apprivoise. Celui-ci a le mérite de se lire facilement

      Supprimer
  3. je ne connaissais pas La marchande ...que de choses encore à découvrir ! et c'est tant mieux
    bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'ai découvert plusieurs poèmes de Mallarmé commençant par la marchande. Si celui-ci se lit facilement, j'en ai écarté un autre qui ne coulait pas de source dans ma petite tête

      Supprimer
  4. Le street-art va aux gens (pour ne pas écrire le peuple) et c'est pas pour une fois le contraire ...
    LOIC

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils sont peu nombreux ceux à avoir lé générosité ET le talent

      Supprimer
  5. C'est tout ce que j'aime (avec l'esprit rimbaldin d'Ernest Pignon Ernest).
    Quelle puissante beauté !
    Belle journée, Jeanne.
    eMmA

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. des lectures multiples pour ce poème et cette fresque placées sur ces ruines
      merci

      Supprimer
  6. Je découvre aussi.
    Merci, Jeanne.
    Passe une douce journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci je connais très mal Mallarmé dont la lecture nécessite concentration et souvent persévérance mais cela vaut la peine

      Supprimer
  7. double cadeau dans cet article, merci Jeanne...En lisant ces vers je me rends compte combien je ne connais Mallarmé que d e façon tronquée....m'inscrivant demain dans une médiathèque d e mon secteur je chercherai à le lire mieux....et ces expulsés....dans ce décor d'abandon....c'est fort, hein!!!!!grosse claque!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'aurais dû répondre ici mais je ne suis pas encore habituée

      Supprimer
  8. de même en ce qui me concerne. A chaque fois que je découvre quelques vers de Mallarmé, je découvre un autre univers. Je le connais très mal mais il faut avouer que son oeuvre n'est pas d'un abord facile.
    et oui superbe Ernest Pignon Ernest

    RépondreSupprimer
  9. Je ne connaissais pas La marchande d'habits. Alors merci de me la faire ainsi connaître Jeanne ! Bonne soirée ! Amitiés♥, Colette

    RépondreSupprimer