Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, combien en 2016 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 16 juillet 2015

L'Angélus de la Mer, de Léon Durocher, musique de Gustave Goublier

Pour les jeudi en poésie de l'été des CROQUEURS DE MOTS et dans le sillage du défi Océan ...

La musique est de Gustave Goublier, mais j'en ignore toujours l'auteur des paroles, donc du poème.
Si une ou un copinaute peut  Merci à Jill Bill et Quichottine qui ont éclairé ma lanterne.

Je connais des Bretons à qui cette évocation va faire plaisir :
Le poème, paroles d'une chanson sans doute dès l'origine, est de Léon Durocher, l'autre "Breton de Montmartre"


Lors de l'été 2010, j'éditais les chansons transcrites par mon père dans son cahier noir, lorsqu'il faisait son service militaire à Agadir dans les années 1920

L’Angélus de la Mer
1er couplet
Quand l’horizon se lève
Et rit l’aube vermeille
Marins perdus en mer
Voici l’heure où là-bas
Le vieux clocher s’éveille
Et sonne au matin clair
Entendez-vous dans la brise qui jase
Tinter l’écho des cloches du pays
Les flots joyeux que la lumière embrase
Ondulent plus blonds que les blonds épis

Refrain
Au loin c’est l’angélus
C’est l’angélus qui sonne
A genoux donc sous le ciel bleu
A genoux donc et priez Dieu
Laboureurs de la mer
Dès que les flots rayonnent
C’est l’angélus ! (ter)

2ème couplet
Sous vos mâts triomphants
Le soleil plane et brille
Marins perdus en mer
Voici l’heure où là-bas
S’incline la famille
Qui fauche les blés clairs
Entendez-vous dans la plaine lointaine
Dans l’eau poudreuse où flambent les rayons
Vibrer l’appel d’une cloche lointaine
Comme pour bénir vos fiers pavillons

3ème couplet
Les feux mourants du jour
Ont empourprés nos voiles
Marins perdus en mer
Voici où là-bas
S’allument les étoiles
Bordant l’azur moins clair
Entendez-vous dans la brise qui rêve
Les sons divins qui semblent s’approcher
Le paysan dont le labeur s’achève
Ecoute pensif la voix du clocher
retranscrit sur le cahier noir de mon père Agadir, 
le 4 octobre 1924


l'Angélus, de Jean-François Millet, 1857-59,
huile sur toile Musée d'Orsay
Léon Durocher, 1862 - 1918, poète, dramaturge, humoriste, chansonnier
Né à Pontivy dont je viens d'apprendre qu'elle s'était brièvement appelée Napoléonville en 1814 et 1815.  Des rues portent son nom à Nantes, Quimper ...
Gustave Goublier, 1856 - 1926, chef d'orchestre et compositeur


bonus grâce à Quichottine qui m'en avait donné le lien
Enregistrement du chanteur lyrique André Huc Santana

et un deuxième bonus qui gratte un peu mais qui a le charme d'être dans son jus, donné également par Quichottine pour cette réédition
L'Angélus de la Mer, cinq versions différentes des années 1930

9 commentaires:

  1. Retrouvée sur un site paroles de Léon Durocher musique de Gustave Goublier...chantée par les grandes voix de l''époque.... merci Jeanne, bises

    RépondreSupprimer
  2. Très beau texte pour cette chanson et ce doit être pour toi un souvenir émouvant.

    Nous allons avoir nos petites puces avec nous pendant 3 semaines. Même s'il y aura des articles programmés sur mes blogs, je ne pourrai passer voir vos articles avant le 10 août. Bel été Jeanne.

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour cette réédition.


    Je viens de trouver ce lien : https://www.youtube.com/watch?v=TgX-kVbjTJg
    Il s'agirait donc d'un poème de Léon Durocher.

    Bisous et douce journée.

    RépondreSupprimer
  4. Ca me donne des frissons cette vieille chanson chantée sur Youtube par André Huc Santana. Et aussi par d'autres interprètes.... Ce doit être l'ambiance de l'époque où, à certains moments de la vie, on est très triste. Merci beaucoup Jeanne. Bel été.

    RépondreSupprimer
  5. ben çà alors, moi ce qui m'étonne le plus pour avoir habité dan smon adolescence pas si loin d e Pontivy c'est qu'elle se soit appelée Napoléonville!!!!!ne portant pas Napoléon dans mon coeur j'ai presque envie de dire "mais de quel droit?", je vais aller voir çà d e plus près....

    une belle image que celle du laboureur des mers...

    RépondreSupprimer
  6. Une belle découverte ; je ne connaissais pas du tout .
    Bonne nuit

    RépondreSupprimer
  7. Ben dit donc ce n'est pas très gai comme chanson, le texte est très beau , par contre même si c'est d'une autre époque, c'est plutôt sombre comme interprétation... Mais bon à chacun ses époques. Merci quand même pour cette découverte.

    RépondreSupprimer
  8. Merci pour cet Angelus émouvant, un très beau voyage dans le temps comme je les aime.

    RépondreSupprimer
  9. on aimait à l'époque les chansons tragiques et grandioses à voix, merci pour le souvenir

    RépondreSupprimer