Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, combien en 2016 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

lundi 27 juillet 2015

Dans le sillage du défi Océan : "Un chant d'encres"

Pour ce défi n°85 du 10 septembre 2012, Voilier, capitaine de quart, au pseudo prédestiné, nous avait proposé un univers sonore. Je l'avais écouté et mes pensées vagabondes m'avaient transportée là-bas ...


***
Longtemps après, dans l'épaisseur du silence, dans l'encre noire de la nuit, la dernière note se prolongea au-delà de toutes les barrières, portée loin derrière l'horizon, de l'autre côté du monde.
Longtemps encore, il resta là porté par une indicible nécessité d'immobilité.
Il avait senti les ombres s'éloigner furtivement des vagues, rejoindre peu à peu la ville et son agitation, il avait senti l'instant retenu, leur volonté de suspendre la légère vibration de l'air qui semblait avoir arrêté le temps.
Sur la plage, devant la scène depuis longtemps désertée des musiciens, ils étaient encore quelques irréductibles à rester là, écoutant le vent et la mer inlassablement. Bien sûr, il ne les connaissait pas. Mais il reconnaissait 
chacun d'eux, toujours les mêmes. Ils se reconnaissaient.
Une goutte d'eau tinta sur un galet, d'autres s'enfonçaient, silencieuses, en ronds ourlés dans le sable. Bientôt la pluie l'obligerait à déserter son rêve.
Il se releva à regret, s'ébroua. Ses os craquaient de l'intérieur comme dans une cathédrale de stalactites. Le charme était rompu. Il eut froid.
La lune, dans une trouée de nuage, a fait briller une drôle de petite chose sous ses pieds. Il se contenta de l'éviter.
Il lui tardait maintenant de rentrer.
Demain, il y aurait un autre violon sur le sable1
***
Rendez-vous à la réédition de défi du 10 août pour lire le point de vue de la petite chose qui brillait sous la lune.
1. Allusion au festival de musique de Royan, Un violon sur le sable (auquel je n'ai jamais eu l'occasion d'aller. texte donc de pure imagination)
Et ce n'est pas un hasard si je choisis de rééditer ce texte au moment où se déroule le festival.

5 commentaires:

  1. Je ne me souviens pas de ce défi 2012... très beau texte Jeanne, merci... bonne journée, bises

    RépondreSupprimer
  2. On s'arrête, on tombe sous le charme, puis on le déchire doucement ... Merci
    Loïc
    Blog bilingue Français/Esperanto :
    http://Ecrimages.blogspot.com

    RépondreSupprimer
  3. Ton récit est magnifique. Merci pour cette réédition, Jeanne.
    Bises et douce journée.

    RépondreSupprimer
  4. c'est un beau texte - un rien mélancolique ... merci
    bises

    RépondreSupprimer
  5. Ce texte est prenant et mystérieux.. on regrette devoir attendre la semaine prochaine pour connaitre ce qu'est cette petite chose brillante sous la lune !!
    A tout bientôt donc !!

    RépondreSupprimer