Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, combien en 2017 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 2 avril 2015

L'oiseau du Colorado, de Robert Desnos

Le défi n°142 des CROQUEURS DE MOTS, avec lénaïg, nous plonge dans "une étrange atmosphère" ou (et?) "un monde à l'envers". Une étrange occasion de remettre en ligne ce poème de Robert Desnos.

Ce poème prend un sens fort dérangeant après la tragédie de cet oiseau perdu dans les cimes des Alpes de Haute Provence et de ses motifs supposés. Du moins quand on connaît un peu l'histoire de cette période-là et les rapports complexes entre les Etats-Unis et l'Europe. Et une question me taraude, L'auteur de ce crash connaissait-il le poème de Desnos et lui donnait-il une signification particulière ?


L'OISEAU DU COLORADO

L'oiseau du Colorado
Mange du miel et des gâteaux
Du chocolat et des mandarines
Des dragées des nougatines
Des framboises des roudoudous
De la glace et du caramel mou.

L'oiseau du Colorado
Boit du champagne et du sirop
Suc de fraise et lait d'autruche
Jus d'ananas glacé en cruche
Sang de pêche et navet
Whisky menthe et café.

L'oiseau du Colorado
Dans un grand lit fait dodo
Puis il s'envole dans les nuages
Pour regarder les images
Et jouer un bon moment
Avec la pluie et le beau temps.

Robert DESNOS, 1ère édition clandestine, mai 1944

clip vidéo explicatif

Robert Desnos, poète français, 1900 - 1945

La chute d'Icare
 (gravure dont je ne connais pas l'auteur)

11 commentaires:

  1. Je ne connaissais pas ce poème qui m'a longtemps amusée (cela pourrait faire une belle chanson pour enfants) oui amusée parce que j'ai du mal à voir le rapport avec le crash de l'airbus. Belle journée.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Jeanne,

    Un poème de Robert Desnos que je ne connais pas. Merci pour la découverte. Il est bien joli . Ton parallèle avec cet autre oiseau de métal interpelle. que de questions sous jacentes..
    Merci Jeanne
    Bises

    RépondreSupprimer
  3. L'oiseau du Colorado est un peu fou comme certains hommes qui font n'importe quoi hélas, merci Jeanne, bises

    RépondreSupprimer
  4. J'aime beaucoup cette gravure...
    Nous sommes toujours des apprentis sorciers et nos en payons souvent les conséquences, hélas...

    Mais faut-il arrêter de voler en avion parce qu'un fou a prouvé que nous sommes toujours à la merci de l'un d'entre eux ?

    RépondreSupprimer
  5. C'est très intéressant je ne connaissais pas merci.

    RépondreSupprimer
  6. Il ne pouvait le connaître, beaucoup trop éloigné de l'esprit de Desnos pour pouvoir goûter à sa poésie...

    RépondreSupprimer
  7. Bonsoir Jeanne. Contente de retrouver chez toi cet oiseau du Colorado, je comprends ton rapprochement mais moi je préfère ne pas le superposer en pensée à la catastrophe aérienne dernière, sinon cet oiseau bizarre et amusant vole en éclats lui aussi ... Mais la gravure sur la chute d'Icare, alors là, oui, on y est ... Merci beaucoup, bises.

    RépondreSupprimer
  8. cet oiseau là je préfère le voir dans tout son éclat !

    RépondreSupprimer
  9. j'ai apprécié la vidéo explicative ! bonne idée de l'avoir mise ...
    Merci Jeanne et bisous

    RépondreSupprimer
  10. J'ai beaucoup aimé l'association que tu as faite entre ce poème tout sucré et le crash aérien !!!
    Je pense que si ce fou volant avait eu conscience de ce poème jamais il n'aurait été assez fou pour faire ce qu'il a fait!!!
    merci pour ce partage.
    Bisous.
    Domi.

    RépondreSupprimer