Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, combien en 2017 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 16 avril 2015

Chamane, de "Un vivant déjà mort de l'indifférence des autres"*

A nouveau la dévouée Enriqueta est à la barre du défi n°143 des CROQUEURS DE MOTS, sous le mot clé Malade :

Qu'il est difficile ce sujet ! même si pour le Jeudi 16 Avril tu convoques (pardon, tu nous invites à évoquer) en poésie les médecines "parallèles"***, (homéopathes, magnétiseurs, marabout, psy, coach, ...).

En tapant chamane, poésie dans le moteur de recherche, j'ai trouvé ceci sur le site Fraternité libertaire :

Chamane

Je connais une chamane
Qui
Sait parler au vent
                        À la pluie
                        Au soleil
                        Aux nuages
                        À la terre
                        Aux étoiles
                        Aux animaux
                        Aux rêves
Et
Surtout
Qui sait me parler
Et
M'écouter
Et
Je me ravis
Je m'enchante
Je m'émerveille
De l'écouter
                        Parler
                        Dire
De la voir
                        Bouger
                        Marcher
                        S'asseoir
                        Parler à Karma
                                   Ou à Désir
                        En les caressant
                        Et
                        En leur confiant
                        Des secrets
                        Dont elle a le mystère
                        Et
                        Qui
                        Les ravissent
                        Les enchantent
                        Les apaisent
Cette chamane
Est le secret vivant
Vieux de millions d'années
                                               La Vie
Jadis
J'ai connu un tel secret
Sous la forme d'un galet sur une plage
Je l'avais oublié
Perdu
            Plus exactement
Grâce à cette chamane
Me voici
À nouveau
Chevauchant l'infinitude
                                   Du temps
                                   De l'espace
Qu'est l'instant partagé
Île secrète
Dans un océan urbain
Étape secrète
Du périple d'une vie
Sérénité
D'un corps
Dont le cœur bat à l'unisson
                                               D'une note inaudible
                                               Disant des mots
                                                                       Indicibles
Rêve éveillé
Éveil rêvé
Magie primitive
D'un monde premier
Pur et sans tâche
Réconciliation définitive
                                   De l'horizontalité
                                   Et
                                   De la verticalité
Dans l'union cosmique
D'un étant-devenant
De l'être unique
Mais
Au loin
La chamane
Me fait dire
Par le souffle du vent
Caressant l'herbe sauvage
D'un jardin-monde
De tremper ma plume dans l'encre invisible
Et
De laisser ma page
Blanche
Ou
Mieux
Vide
Pour qu'elle puisse être fécondée
                                                           Du non-dit

Et
Enfanter
Ce possible
Que
Par sa magie
Elle a rendu
                        Réel
Fraternité libertaire*, 16 juin 2009

et si je m'autorise à le mettre en ligne, c'est après avoir lu sur sa page d'accueil :
"Dénué du moindre sentiment de propriété et de possession, je n'ai aucune velléité d'appropriation des textes mis en ligne, sous mon nom, sur ce site : ils sont donc d'usage, total ou partiel, en l'état ou modifié, entièrement libre."
 Fraternité libertaire 

Medecine man, George Catlin**, 1832

derviche tourneur peint par ma sœur Jacotte

* J'ai trouvé ce poème sur le site Fraternité libertaire. C'est un titre, pas un nom de personne, ni même un pseudo, En fouillant sur son site, j'ai trouvé son nom. Je ne crois pas qu'il aurait apprécié se voir figé en tant qu'auteur. "Anonyme" cela ne convenait pas plus. J'ai trouvé comment il se désigne à la fin de ce texte, Celui dont on ne se souvient ...

**George Catlin, 1796 - 1872, artiste peintre américain, spécialisé dans la représentation des indiens d'Amérique et de leurs us et coutumes 

*** Parallèle à quoi ? quand la médecine chamanique a infiniment plus d'ancienneté, d'universalité et de pratique que la médecine moderne, qui, au demeurant, a pour certaine part la sagesse de trier les superstitions dangereuses des pratiques vertueuses des médecines traditionnelles.

20 commentaires:

  1. J'avais déjà croisé ce site. J'aime beaucoup le texte et la philosophie de cet homme-ombre dont finalement on se souvient.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et j'aime beaucoup le nom que tu lui as trouvé. Une poésie personnelle et pleine de sens et de musique

      Supprimer
  2. J'aime beaucoup ce poème écrit avec talent.....

    A chaque mal sa médecine, il y a des maux que l'on peut soigner avec des médecines parallèles et d'autres pas. Certaines médecines alternatives peuvent être très dangereuses parfois.

    Belle journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah oui bien sûr. pas question de prétendre guérir le cancer par des médecines douces. Par contre en support de soins pour adoucir les effets secondaires des traitements, elles devraient avoir davantage de place.
      Dans d'autres maladies chroniques, elles peuvent avoir toute leur pertinence, mais les lobbies pharmaceutiques ne sont évidemment pas d'accord
      bises et belle fin de semaine

      Supprimer
  3. Chaman à la fois sage, thérapeute, conseiller, guérisseur et voyant... merci à toi, bon jeudi poésie, bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. au fond, avant la médecine moderne, les deux mots étaient sans doute à peu près synonymes
      bises et belle journée

      Supprimer
  4. Le derviche peint par ta soeur est magnifique ! J'aimerais beaucoup un jour aller voir l'une de ces danses soufies, mais pas celles que l'on montre aux touristes, même si je sais bien que les "vraies" sont plutôt destinées aux initiés. Ce texte est très beau.
    Merci pour cette belle et mystérieuse découverte.
    Belle journée ensoleillée,
    eMmA

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. les "vraies" se font à l'abri des medias et je crains que la photo qui a servi de modèle à la peinture de ma sœur soit un pur produit touristique. Mais c'est mieux que rien
      belle fin de semaine

      Supprimer
  5. Un texte à lire et relire, en partage , merci !

    RépondreSupprimer
  6. J'aime énormément ce poème et les tableaux que tu nous montres aujourd'hui.
    Je n'ai rien contre les médecines parallèles, mais j'ai du mal dans la mesure où il y a trop de charlatans qui n'y connaissent rien et deviennent dangereux pour ceux qui les consultent.

    Merci pour la découverte, Jeanne.
    Bises et douce journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pourquoi les praticiens des médecines parallèles feraient-ils exception ? Il y a des bons et des mauvais médecins comme des bons et des mauvais cordonniers. Mais en l'occurrence ce n'est pas le manque de compétences et de connaissances dont il faut le plus se garder des charlatans, c'est de leur compétence à endoctriner.
      Et des sectarismes contre les autres pratiques. Et il est vrai qu'il y a beaucoup trop de charlatans de toutes sortes.
      bises et belle journée

      Supprimer
  7. j'aime beaucoup ce poème...je reviendrai pour aller plus loin sur le site que je ne connais pas

    RépondreSupprimer
  8. Merci pour la découverte, c'est un joli voyage vers l'ailleurs que tu nous a proposé là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. va savoir ce qui m'a fait choisir ce mot pour ma requête ? la découverte m'a beaucoup plu

      Supprimer
  9. Un beau texte qui invite à la méditation et ouvre de belles perspectives vers la connaissance de soi!

    RépondreSupprimer
  10. Je pense que cette médecine utilisée en complément de certains traitements lourds pourrait adoucir incontestablement les souffrances.
    Merci pour ce partage qui me parle beaucoup.
    Bisous Jeanne et bon week-end.
    Domi.

    RépondreSupprimer
  11. L'homme qui voulait passer inaperçu a écrit un poéme merveilleux, il est bon de s'en imprégner, et peut-être de chevaucher le vent qui nous mènera dans ces contrées où les hommes sont bons et bienveillants !
    Merci Jeanne
    Marine

    RépondreSupprimer
  12. que fais-je lorsque je suis devant le choix de prendre soin de moi ? Est-ce que je sais raison garder ? quelles croyances dois-je réviser ? comment est-ce que j'écoute mon corps pour répondre au mieux ? Mercredi dernier, j'ai consulté mon médecin. Je lui ai dit avoir demandé une aide à la Réflexologie plantaire, et il m'a répondu "Pour vous, c'est sûrement mieux que les médicaments". j'ai pensé, oui, maintenant, et dans ce cas précis....
    Un beau texte partagé Fabienne ! Merci

    RépondreSupprimer