Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, encore 123 en 2017, 121 en 2018 ? 101 femmes depuis le 1e janvier 2019 en France (2 septembre 2019) , soit une femme tous les deux jours ! accélération ou meilleure visibilité ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

mercredi 11 mai 2022

En marge de l'image cosmopoétique

 "Cosmopoétique", j'ai entendu ce mot pour la première fois lundi 9 mai dans une émission sur France Inter : Pour une révolution politique, poétique et philosophique avec l'astrophysicien Aurélien Barrau (franceinter.fr)

ou peut-être l'avais-je entendu sans y prêter attention ou le retenir.

L'idée de réunir dans un même mot le cosmos et la poésie ou plutôt la puissance de création poétique m'a séduite d'emblée, au point de le retenir pour ma page 198 dont je n'avais pas trouvé de titre satisfaisant .

J'aurais pu même me contenter de cet unique mot


Je n'en sais guère plus sur ce mot si ce n'est après des recherches laborieuses sur Internet que c'est un néologisme (je n'avais pas besoin d'Internet pour le deviner) sans doute retrouvé chez Kepler par Kennet White (poète et essayiste écossais né en 1936) à propos de Antonin Artaud (écrivain, acteur, poète etc français1896 - 1948) dans : Le monde d'Antonin Artaud ou Pour une culture cosmopoétique, Ed. Complexes, 1989 :

La cosmopoétique établit un nouveau rapport au monde, à l'univers : "C'est de ces retrouvailles du dedans et du dehors (corps et cosmos, pensée et planète) que naîtrait la cosmopoétique", Le monde d'Antonin Artaud, p.161     C (institut-geopoetique.org)

En évoquant la traduction d'une langue à l'autre, l'écrivain Gilles Farcet dit à propos de Kennet White :

l’auteur se réfère à l’expérience primordiale du poème de la terre, du poème premier, celui de l’extase, mais d’une extase terrienne

Voici maintenant les références promises dans mon billet précédent  https://fadosicontinue.blogspot.com/2022/05/cosmopoetique-de-limage.html

Déjà les "Roses à crédit"*
disait le monde qui venait

- Elsa Triolet L'âge de nylon, tome 1 : Roses à crédit

L'humble "jardinier"

- « Le vrai jardinier
se découvre devant la pensée sauvage. »
Jacques Prévert, Fatras, 1966,
 Adonides, 1972,1975

ignorant le businessman
et ses marques déposées

- Le Petit Prince de Antoine de Saint Exupéry
Le businessman

les roses de marque


L'œil du photographe
ébloui par le soleil
ne voit plus la rose

La Rose

Ce mercredi vers 10h du matin je complète ce billet avant sa mise en ligne en début d'après-midi :

L'image est sublime et évoque une immensité de pensées, en trait d'union entre la terre et le ciel, entre cette rose et la lune dans le ciel du soir.
Mais surgissant dans cette période post et pré-électorale, j'y ai été interpelée par cette question double quand et pourquoi le symbole de la rose a-t-il été choisi comme logo d'un parti politique à l'actualité dans les turbulences. Une pensée parasite et dérangeante dont mon subconscient a fini par faire son miel à ma façon singulière.



1 commentaire:

  1. J'aime l'idée du poème de la terre, de l'extase, de la rose du Petit Prince, après...

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. Merci de patienter, je ne les valide pas toujours à la minute ni même quelquefois à la journée.
Les commentaires anonymes et non signés d'une manière ou d'une autre ne seront pas validés.
Comments are moderated. Thank you for your patience, I don't valide them immediatly.
anonymous comments are never validated except if they are signed in the text.