Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, encore 123 en 2017, 121 en 2018 ? 101 femmes depuis le 1e janvier 2019 en France (2 septembre 2019) , soit une femme tous les deux jours ! accélération ou meilleure visibilité ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 17 mars 2022

Le Jeu, de Esther Granek

 En cette pause accordée aux CROQUEURS DE MOTS par sa Cap'tain Dômi qui s'en va jouer sur scène, je reviens sur d'anciens billets écrits lors d'autres pauses. Ce poème avait été mis en ligne dans mon alphabet en poésie de l'été 2012.

J'y notais :

"Le Jeu, si étroitement lié à la nature du vivant*, si nécessaire à sa construction, son institution**, si ambigu aussi dans son rôle social ..."

Je l'avais repris au début de la pause d'été anticipé fin mai 2020 en entamant un abécédaire du CroqCovid et j'écrivais en introduction ces mots terriblement actuels :

"je suis allée sur mon premier blog relire le dit poème que j'ai trouvé tellement raccord avec ce qui se profile de ce que nous sommes en train de vivre dans le ventre de l'Histoire."

Sauf qu'aujourd'hui, il n'y a pas un échiquier mais une table de poker menteur où certains joueurs sont masqués, où les médiateurs sont débordés par la mouvance erratique de règles floues, où le maître de ballet joue solo sa propre chorégraphie.

Le jeu2

Seize sont blancs. Seize sont noirs.
Alignement d’un face-à-face.
Selon son rang, chacun se place.
En symétrie, de part en part.
Les plus petits sur le devant.
Seize sont noirs. Seize sont blancs.
Huit fois huit cases. Un jeu démarre.

Joutes, et coups bas, et corps à corps,
et durs combats. Ultime effort
pour asséner à ceux d’en face :
“Échec et mat ! le roi est mort !”

Complimenté est le gagnant.

Mais la revanche est dans le sang.
Déjà tout se remet en place.
Et du combat ne reste trace.
Tout aussitôt le jeu reprend.

Seize sont noirs. Seize sont blancs…

N’ayant soixante-quatre cases
ni trente-deux participants,
mais autres nombres et autres temps,
la vie, pourtant, a mêmes bases.

©Esther Granek1, Synthèses, 2009


















1. Esther Granek, 7 avril 1927 - 9 mai 2016, poète belgo-israélienne ; le site officiel ; le poème sur le site Poética

2. poème mis en ligne avec l'aimable autorisation de l'auteur** "à condition de respecter l'intervalle entre les strophes et de reproduire le texte dans son intégralité."




* j'avais d'abord écrit la nature humaine. Au même instant s'imposait à moi les heures d'observation de la petite tribu de chiots dont j'ai eu la charge à l'été 2010, comme les folles parties d'un chaton d'amis en 2012.

** institution, comme ce beau mot d'instituteur, remplacé il y a une vingtaine d'années en France par PE (quelquefois complété par 1 ou 2) raccourci moderne de professeur des écoles.

6 commentaires:

  1. Excellente rediffusion Jeanne !
    Je profite de cette pause Croqueur de mots pour parfaire d'autres défis proposés par des copinautes et pour ce matin, je me suis éclatée en mettant à l'honneur, le Penseur de Rodin.
    Bises et bon jeudi - Zaza

    RépondreSupprimer
  2. J'ai plus joué au jeu de dames ;-) merci, bon jeu'di...

    RépondreSupprimer
  3. Un jeu de poker menteur en effet en ce moment et qui fait bien des victimes .
    Merci le poème d'Esther Granek .
    Bon jeudi
    Bises

    RépondreSupprimer
  4. La les règles du jeu sont claires. Par contre les règles politiques sont mouvantes et peu claires. Bises.

    RépondreSupprimer
  5. Tu as bien fait de publier cette page.
    Poker menteur, c'est tout à fait ça.
    Merci pour tout, Jeanne.
    Bisous et douce journée.

    RépondreSupprimer
  6. Quand la cruauté d'un dictateur se joue de la vie même d'un nouveau-né, tous nos repères sont balayés et la folie n'est pas loin...
    J'aimerais tant qu'on lui casse son jouet !

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. Merci de patienter, je ne les valide pas toujours à la minute ni même quelquefois à la journée.
Certains rencontrent des difficultés à renseigner leurs liens : vous pouvez signer votre commentaire de votre nom ou pseudo, merci
Comments are moderated. Thank you for your patience, I don't valide them immediatly.
anonymous comments are never validated except if they are signed in the text.