Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, encore 123 en 2017, 121 en 2018 ? 101 femmes depuis le 1e janvier 2019 en France (2 septembre 2019) , soit une femme tous les deux jours ! accélération ou meilleure visibilité ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 10 mars 2022

La source, chantée par Isabelle Aubret

Laura pour le défi 262 des CROQUEURS DE MOTS nous avait embarqué dans le sillage de l'euro pour le vingtième anniversaire de la monnaie commune.

Pour le 2e jeudi poésies, j'avais initialement opté pour cette chanson classée 3e au concours de l'eurovision tant il me semblait hélas que cette tristement banale histoire de viol pouvait faire écho à l'actualité. La pause que nous accorde Cap'tain Dômi me donne l'occasion de la partager maintenant, deux jours après le 8 mars, Journée internationale pour les droits des femmes.


 La source

Elle chante au milieu du bois,
La Source et je me demande,
S'il faut croire à cette légende
D'une fille qu'on y trouva

Elle était blonde elle était douce
Elle aimait à se reposer
Dans le bois couchée sur la mousse
Ecoutant les oiseaux chanter
Un jour qu'elle allait à la ville
Par le bois où elle passait
Elle vit soudain, immobiles,
Trois hommes qui la regardaient
Trois hommes qui la regardaient

Elle chante au milieu du bois,
La Source et je me demande,
S'il faut croire à cette légende
D'une fille qu'on y trouva

Ils étaient là trois à l'attendre
Trois hommes loups cette brebis
Elle avait la chair bien trop tendre
Ils avaient bien trop d'appétit
Elle ne savait pas défendre
Le souffle léger de sa vie
Elle tomba sur l'herbe tendre
Comme un oiseau tombe du nid
Comme un oiseau tombe du nid

Elle chante au milieu du bois,
La Source et je me demande,
S'il faut croire à cette légende
D'une fille qu'on y trouva

Quand on l'a soulevée de terre
Comme une grande fleur coupée
Sa robe blanche et la lumière
On aurait dit une mariée
Quand on l'a soulevée de terre
On aurait dit comme un grand lys
Entre les feuilles, entre les pierres,
Une claire source a jailli
Une claire source a jailli

Elle chante au milieu du bois
La source, et je me demande
S'il faut croire à cette légende
D'une fille qu'on y trouva.

Paroles de Guy BONNET, Henri DJIAN
Musique de Guy BONNET, Daniel FAURE, 1968
Interprétée par Isabelle Aubret

Concours de l'eurovision, Londres, 1968 pour la France : classée 3e sur 17 après l'Espagne et le royaume-Uni avec 20 points.

6 commentaires:

  1. Comment ne pas aimer reécouter cette belle chanson pleine d'émotion, merci Jeanne, aujourd'hui elle prend encore du relief en ces jours de barbarie...

    RépondreSupprimer
  2. J'aime beaucoup la voix d'Isabelle et ses chansons, merci...

    RépondreSupprimer
  3. Je ne me souvenais plus de cette chanson Jeanne, merci de nous l'avoir rappelée, elle est très belle.
    Bises et bon vendredi - Zaza

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Jeanne,

    je me souviens de cette chanson. Isabelle avait une voix claire et cristalline comme l'eau de cette source. Une magnifique chanson sur un sujet effroyable.
    Bises

    RépondreSupprimer
  5. Merci Jeanne !!! Un plaisir d'écoute cette belle chanson avec la magnifique voix d'Isabelle Aubret. Bises♥

    RépondreSupprimer
  6. C'est une chanson que ma soeur m'avait fait découvrir, je suis toujours très émue quand je l'entends.
    J'ignorais qu'elle avait eu ce prix.
    Merci de l'avoir choisie.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. Merci de patienter, je ne les valide pas toujours à la minute ni même quelquefois à la journée.
Les commentaires anonymes et non signés d'une manière ou d'une autre ne seront pas validés.
Comments are moderated. Thank you for your patience, I don't valide them immediatly.
anonymous comments are never validated except if they are signed in the text.