Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, encore 123 en 2017, 121 en 2018 ? 101 femmes depuis le 1e janvier 2019 en France (2 septembre 2019) , soit une femme tous les deux jours ! accélération ou meilleure visibilité ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

lundi 22 février 2021

En marge de l'Herbier de poésies : impressions soleil printemps

Ce ne sera pas pour la page 172 de l'Herbier, je suis vraiment bien trop hors délai et ne mérite aucune indulgence. D'ailleurs mon imaginaire aurait porté d'autres mots. A la place j'explique ici en quelles circonstances je me suis souvenue trop tard du jeu d'écriture. J'avais aussi oublié le défi des Croqueurs, oups !

L'image proposée me plaisait bien. Je m'étais mentalement dit que je trouverais tranquillement l'inspiration vendredi après-midi, ce qui me laisserait largement le temps d'envoyer mon texte à Adamante avant samedi soir. Seulement voilà, pfft ! un trou dans les méninges me l'a fait oublier.

C'est en longeant l'Epte dimanche matin vers le village qui a donné le nom de Rosa Bonheur à son collège que je me suis rappelée la proposition d'écriture pour l'Herbier de Poésies. Une image évocatrice d'inondation et de pluies.

La rivière s'étirait sagement dans le vallon, entre ses deux rives, de grandes flaques s'attardant dans les prairies vides. Je me suis dit que c'était là sans doute que la peintre avait croqué les esquisses à l'origine de son tableau que j'aimais tant, une fois au sec dans son atelier. Ce soir, (évidemment avant 18 heures), je rentrerais joyeuse et fourbue de mon escapade de quelques heures. L'esprit trop plein du bonheur de ces instants de vie pour laisser parler l'image. 

L'Epte oblique vers l'ouest pour contourner la falaise tandis que ma route gravit  un petit col pour descendre en lacets serrés qui font le bonheur des cyclistes sportifs. Du haut, le lit du fleuve semble bien large et plein d'une eau puissante. De près, entre la route et la berge, les prés sont encore en partie inondés.

L'Epte s'égare en vallée de Seine avant de la rejoindre entre Giverny et Vernon. C'est là que Monet a obtenu l'autorisation de pactiser avec la rivière. La crue a dû noyer sa mare aux nymphéas. S'est-elle étalée vers le jardin ou s'est-elle seulement répandue au sud vers le fleuve, noyant le moulin chic, la pelouse de l'hôtel de charme et les prairies à autruches ? 

Ce dimanche matin
le ciel clair et apaisé
invite le printemps.

Claude Monet, Nymphéas, panneau CII

Photo Nathalie Manaud - devant la maison

Rosa Bonheur, bovins au pré

Les contributions à la page 172 de L'Herbier de poésies sont à découvrir Ici et Ici

3 commentaires:

  1. Bonjour Jeanne,

    Ta balade t'a conduite sur le souvenir de Monet se baignant parmi les herbes et les branches. j'adore Monet. J'adore l'eau sauf quand elle inonde le nid familial.
    Tu as su en parler de manière très poétique. J'aime beaucoup
    Merci pour partage Jeanne. Bonne semaine à toi

    RépondreSupprimer
  2. Une belle page avec un haïbun , qui aurait bien sa place dans le coin des retardataires de l’Herbier ! Bonne semaine au soleil du printemps temps Jeanne. Il réchauffe bien nos journées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est gentil mais Adamante est très occupée. Tant pis pour le RV manqué

      Supprimer

Les commentaires sont modérés. Merci de patienter, je ne les valide pas toujours à la minute ni même quelquefois à la journée.
Les commentaires anonymes et non signés d'une manière ou d'une autre ne seront pas validés.
Comments are moderated. Thank you for your patience, I don't valide them immediatly.
anonymous comments are never validated except if they are signed in the text.