Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, encore 123 en 2017, 121 en 2018 ? 101 femmes depuis le 1e janvier 2019 en France (2 septembre 2019) , soit une femme tous les deux jours ! accélération ou meilleure visibilité ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

samedi 22 février 2020

Reliances ...

Sur une page récente et sans nombre de l'Herbier, Adamante écrivait :
Les vacances scolaires arrivent, j'aurai sans doute (je l'espère) un peu plus de temps à consacrer à l'Herbier, qui doit être contrarié par mon abandon momentané. Mais je ne peux rien promettre, j'en suis désolée.
Les vacances se sont écoulées dans le silence des rues désertées des enfants.
Les lâches silences œuvrent en douce la nuit. Le bruit tonitruant du monde fait mousser des insignifiances pour ne pas entendre d'autres cris, sous les bombes, sous la haine, sous les désespérances.

Sur une page plus ancienne de l'Herbier, nous étions invités à rééditer d'anciennes pages. C'est que j'avais d'abord cru en lisant de travers la dernière suggestion et j'avais choisi un texte en accord avec mon spleen. Oui ce vocable est désuet mais il correspond bien mieux à mon état d'âme que toutes les expressions modernes.
Permettez que je le réédite ici, suivi de deux autres textes écrits pour l'Herbier qui me semblent faire résonance ou contrepoint.


L'eau raconte ...

Pour la page 143 de l'Herbier de poésie
L'eau raconte une autre légende de Narcisse

Narcisse contemplait l'eau noirâtre où ne respiraient même plus les bulles d'air des poissons éclatant à la surface. Il songeait à toute cette vie racontée par son grand-père, déjà moins par son père. Il cherchait, cherchait dans ses rides le reflet des cimes aux neige éternelles et des grands chênes à l'assaut des flancs. On lui avait dit qu'autrefois l'eau était si pure qu'on pouvait y apercevoir son propre visage dans l'écrin d'un paysage inversé.

Narcisse cherchait quelle image associer au mot paysage.

Comment croire en cette beauté idéalisée ? Même les miroirs étaient brisés.

Narcisse cherchait quelle image associer au mot visage.
Il s'entêtait, scrutait jusqu'à s'abîmer les yeux. La rumeur d'une foule s'insinuait :

"C'est la faute à Cassandre, la faute à Cassandre ..."

Une foule incontrôlée, incontrôlable. Une pierre, dix pierres ...

"Et toi, papa dis, tu as lancé des pierres ?
- Non. Enfin, je ne crois pas. Je n'aime pas me souvenir.
- Mais tu n'as rien empêché ?
- ..."

Narcisse quêtait l'ombre d'un regret sur la mémoire du visage du père. Juste l'imaginer. Mais non. Même son imaginaire se dérobait.

Il n'a rien fait. Ils n'ont rien empêché.

Là-bas, au milieu des serpents d'écume, n'était-ce pas les yeux noirs de la Terre-Colère ?

La rive est vide. Des cercles dans l'eau un instant troublée viennent s'échouer sur le sol nu.

C'est la faute à Cassandre,
la faute à Cassandre,
à Cassandre.

©Jeanne Fadosi, jeudi 9 mai 2019
avec les autres brins sur la page 143 de L'Herbier

L'homme accablé
Pour la page 130 de l'Herbier de poésie

L'homme à tête d'airain
pleure toutes les larmes du monde
pour ne plus rien voir.

Et coule en pointes assassines
l'encre des désillusions !
©Jeanne Fadosi, mardi 18 décembre 2018
avec les autres brins sur la page 130 de L'Herbier


L'effet papillon

Pour la page 131 et précision de l'Herbier de poésie

L'effet papillon
un dessin candide
redonne goût au sourire
dansant les couleurs.
L'encre se métamorphose
en figures de légendes.
Tout y fait symbole,
aiguillonne l'actualité
en irrévérences.
Le monde tourneboulé,
est-ce l'effet papillon ?
©Jeanne Fadosi, mardi 8 janvier 2019
avec les autres brins sur la page 131 de L'Herbier

En hommage à un jeune homme noyé dont le tort était d'aimer la musique actuelle et (trop) forte.
En hommage aux innocents tués avant-hier en Allemagne, tous les jours en Syrie ou ailleurs dans des lieux encore plus invisibles.




2 commentaires:

  1. De superbes rééditions Jeanne, merci.
    Bises et bon week-end

    RépondreSupprimer
  2. Superbe hommage, Jeanne ! Bonne toute fin de soirée et agréable dimanche ! Bises♥

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. Merci de patienter, je ne les valide pas toujours à la minute ni même quelquefois à la journée.
Les commentaires anonymes et non signés d'une manière ou d'une autre ne seront pas validés.
Comments are moderated. Thank you for your patience, I don't valide them immediatly.
anonymous comments are never validated except if they are signed in the text.