Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, encore 123 en 2017, 121 en 2018 ? 101 femmes depuis le 1e janvier 2019 en France (2 septembre 2019) , soit une femme tous les deux jours ! accélération ou meilleure visibilité ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 13 février 2020

Le glacier, de Albert Mérat

ABC à la barre des CROQUEURS DE MOTS nous emmène cette quinzaine pour le défi n°231 là-haut sur la montagne et neige et roc en poésie ce 2nd jeudi.

Le glacier
I

Le cirque entre ses murs puissants tient un espace
Que l'œil mesure à peine ; et son immensité
Où triomphalement le vol des aigles passe
A pour velarium l'azur fin de l'été.

Les longs gradins, ce sont les étages sans nombre,
Par qui semblent haussés le ciel et l'horizon,
Des plateaux largement éclairés ou dans l'ombre,
Échelonnant au pied des neiges leur gazon.

Muets avec un air d'attention austère,
Comme il sied qu'une foule assiste à ces combats,
Les monstrueux rochers; premiers nés de la terre,
Se dressent ; spectateurs qui ne tressaillent pas.

Sur l'arène, l'amas des géants se déploie,
Groupes tumultueux de lourds gladiateurs,
Loin de la passion vivante et de la joie,
Sous la sérénité qui tombe des hauteurs.

Bien que tous soient debout et que pas un ne bouge,
C'est un terrible assaut qu'on regarde anxieux ;
On s'étonne que l'eau ne s'échappe pas rouge,
Et l'oreille s'emplit du choc silencieux.

Ces Titans qu'échevèle une grande mêlée
Sont éternellement immobiles de froid,
Et lèvent vers l'azur la neige inviolée
De leur front qui rayonne étincelant et droit.

II

Je suis monté, l'esprit sombre, hanté de rêves,
De la haute vallée au dos du glacier sourd ;
J'ai franchi la moraine âpre comme les grèves,
Et j'ai longtemps marché d'un pas tremblant et lourd.

L'astre, honneur du matin et de l'heure première,
Comme un regard d'amour sur la terre avait lui.
Les cieux avaient leur grand sourire de lumière,
Mais l'abîme gardait son incurable ennui.

En haut le jour, en bas le chaos, face obscure ;
Et mêlant à l'horreur l'aspect de la beauté,
L'âpre enchevêtrement qui tord la ligne dure
Des glaces, à l'air froid crispant leur nudité.

Nul éclat de couleur ne trouble l'harmonie
De tous ces blocs polis et bleus comme l'acier,
Que la nature a fait, dans sa force infinie,
Pêle-mêle jaillir des sources du glacier.

Pas de rumeur, hormis parfois la voix profonde
Que, pareille aux captifs, exhale vers l'azur
Delà crevasse sourde où son angoisse gronde,
Une eau qui dans la nuit égare son flot pur.

Tout dort : mais ce repos sinistre se lamente ;
Il fait froid sous le ciel allumé de midi,
Et l'on sent comme un mal inconnu qui tourmente
La montagne, cadavre encore mal raidi.

C'est le désert. Tout vous repousse et vous menace :
En gouffre sous vos pas le chemin s'est ouvert ;
Rien qui vous guide et rien où l'on laisse sa trace ;
Le regard troublé cherche un bout d'horizon vert.

Vers la discrétion sombre du précipice
Bien que tout vous conduise et ramène vos pas,
Et bien qu'un tel endroit soit funèbre et propice,
Même blessé d'amour, l'homme n'y mourrait pas !

Je n'y puis demeurer et j'ai l'âme lassée :
Mon œil, ivre de jour, voit mal loin des couleurs ;
Mon souffle aime l'odeur des blés mûrs ; ma pensée
Cause plus aisément et mieux avec les fleurs.

Qui me ramènera parmi les choses douces,
Dans les bois remplis d'ombre où j'ai senti germer,
Heureux et m'allongeant sur le lit chaud des mousses,
Les vagues floraisons qui tendent à s'aimer ?

Ou bien aux champs joyeux alors que l'été brille,
Dans la grande beauté de ce cadre banal
Où passe, gaule en main, quelque robuste fille,
Lente sous le baiser du soleil matinal.


Albert Mérat, Les tableaux de voyage, 1865

Albert Mérat, 1840 - 1909, poète parnassien

La Mer de glace (Mont Blanc) passé et aujourd'hui

Mer de glace en 1886

9 commentaires:

  1. Ce poème retranscrit bien ce que je ressens face à la montagne à la fois sa beauté mais aussi son côté angoissant surtout dans les vallées. Bisous

    RépondreSupprimer
  2. Tu as choisi un superbe poème pour ce 2ème jeudi en poésie. Merci Jeanne.
    Bises et bon jeudi

    RépondreSupprimer
  3. La mise en parallèle entre le glacier et une nature plus clémente me plaît beaucoup.
    Merci pour ce poème que je découvre grâce à toi.
    Bises et douce journée.

    RépondreSupprimer
  4. J'ai découvert avec grand plaisir. J'aime la montagne, j'ai aimé parcourir les glaciers, la Mer de Glace en particulier. Quand je la vois aujourd'hui, je souffre de la voir si diminuée...
    merci pour toutes tes participations à ce thème

    RépondreSupprimer
  5. Un superbe poème qui retranscrit bien les différentes sensations que l'on peut éprouver face à ce spectacle du glacier. J'aime beaucoup la comparaison avec l’arène des gladiateurs .
    Bon jeudi Jeanne
    Bises

    RépondreSupprimer
  6. Un grand poème qui décrit bien l montagne et les sentiments qu'elle inspire . Bise

    RépondreSupprimer
  7. Merveilleux poème, de la dureté à la douceur de la fin. Merci, Jeanne, bises.

    RépondreSupprimer
  8. C'est un excellent choix, Jeanne ! Poème que je découvre ! Merci à toi ! Bises♥

    RépondreSupprimer
  9. Bonsoir Jeanne, il va falloir s'y faire doucement mais sûrement au changement climatique. On nous en parle tous les jours. Merci pour ce grand et beau poème. Bonne fin de dimanche et bises.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. Merci de patienter, je ne les valide pas toujours à la minute ni même quelquefois à la journée.
Les commentaires anonymes et non signés d'une manière ou d'une autre ne seront pas validés.
Comments are moderated. Thank you for your patience, I don't valide them immediatly.
anonymous comments are never validated except if they are signed in the text.