Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, encore 123 en 2017, 121 en 2018 ? 101 femmes depuis le 1e janvier 2019 en France (2 septembre 2019) , soit une femme tous les deux jours ! accélération ou meilleure visibilité ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

vendredi 28 février 2020

La crique

Pour la page 159 de l'Herbier de poésies 
Elle avait roulé vite sur l'autoroute jusqu'à la Pointe du Raz. Dans le lecteur de cassettes La mer de Debussy. Au milieu de la nuit elle s'était heurtée à l'infini du parking sans jamais voir la mer. Alors elle s'était assoupie une heure ou deux avant de repartir.
Elle reprenait le travail à une heure de l'après-midi. Cela lui laissait le temps d'aller à sa crique pour le lever du soleil. Elle y serait largement avant l'aube. Le temps de faire un nouveau somme.  Comme elle descendait le chemin pentu vers la grève, elle distinguait à peine à travers ses larmes la barque fantôme émerger de la brume et du sable. Passées les premières usures du temps, elle semblait devenue inaltérable, coincée dans un entre deux, entre rive et large.
Doucement la barque
frémissait aux souvenirs
d'un temps révolu

Lentement le pied du ciel
blanchissait vers l'orient.

©Jeanne Fadosi, mercredi 26 février 2020
à découvrir le vendredi soir  ou le samedi
avec les autres brins sur la page 159 de L'Herbier

Jean Cabane - Encre, brou de noix, acrylique sur toile libre (31x31)
       blog de Jean Cabanne : En passant le pont                                

16 commentaires:

  1. Comme toi Jeanne j'avais remarqué comme une barque, bien seule… patientant sans doute la marée haute… en y rêvant, merci, jill

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et la marge entre nuit et jour ou entre jour et nuit ... en attendant la marée haute qui dans mon souvenir souvent recouvre complètement la crique Contente de te voir revenir en meilleure forme de ta marée basse Jill

      Supprimer
  2. Très beau texte. Bon weekend et à lundi. Bisous

    RépondreSupprimer
  3. Une très belle page, Jeanne. J'ai eu le sentiment de lire le début d'un roman et j'imaginais déjà une suite : retour vers le passé, drame ancien vécu par l’héroïne, naufrage, noyade ... ? Bravo pour tes écrits. Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui je modère les commentaires. cela évite les surprises.

      Supprimer
  4. Une très belle page, Jeanne. J'ai eu le sentiment de lire le début d'un roman et j'imaginais déjà une suite : retour vers le passé, drame ancien vécu par l’héroïne, naufrage, noyade ... ? Bravo pour tes écrits. Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un souvenir personnel dont j'aurais pu écrire plus évidemment. Les silences pourtant ouvrent aux lecteurs des fenêtres vers des paysages qui leur sont propres. Et c'est bien ainsi.

      Supprimer
  5. J'ai posé un commentaire mais en cliquant sur aperçu je crains qu'il se soit perdu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. en effet je n'ai pas d'autre com que celui-ci. Pas grave. Merci pour nous avoir proposé cette image tout en mystère, qui a produit des brins à la fois différents et avec des constantes.

      Supprimer
  6. Quelle belle histoire pour commenter cette encre de Jean Cabane
    J'aime beaucoup Jeanne.
    Bises et bon vendredi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci zaza, je ne sais ce que cette image peut faire surgir dans ta tête d'ilienne. L'immensité de cette terre qui n'en finit pas de finir dans cette mer qui semble infinie ... bises

      Supprimer
  7. Flux et reflux
    la barque attend son heure
    au bord de ses rêves

    RépondreSupprimer
  8. C'est vraiment super, Jeanne ! Mille bravos ! Bon week-end ! Bises♥

    RépondreSupprimer
  9. C'est très beau...
    L'image a engendré des pages qui me ravissent.
    Merci pour celle-ci, Jeanne.
    Bises et douce journée.

    RépondreSupprimer
  10. Magnifique ;j'imagine très bien ce tableau que tu décris avec les sentiments qui animent l'héroïne Bon dimanche

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. Merci de patienter, je ne les valide pas toujours à la minute ni même quelquefois à la journée.
Les commentaires anonymes et non signés d'une manière ou d'une autre ne seront pas validés.
Comments are moderated. Thank you for your patience, I don't valide them immediatly.
anonymous comments are never validated except if they are signed in the text.