Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, encore 123 en 2017, combien en 2018 ? 20 femmes depuis le 1e janvier 2019 en France (info du 12 février) 30 au dimanche 3 mars, soit une femme tous les deux jours ! accélération ou meilleure visibilité ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 18 avril 2019

Phrases, de Rimbaud

Laura Vanel-Coytte à la barre du défi n°219 des CROQUEURS DE MOTS nous donne des consignes à partir du cinéma et pour ce premier jeudi 18 avril :
JEUDI18 : même si je suis (professeur) documentaliste, je ne retrouve pas qui a dit (à peu près), « Aimer quelqu’un, c’est s’intéresser à lui »
Si vous pouviez me retrouver l’auteur de cette citation et comment elle est formulée exactement.
Comme il s’agit d’un atelier d’écriture, écrivez à partir de cette citation (que je crois être de François Truffaut)
Quant à moi, petite élève d'atelier d'écriture indisciplinée, je préfère partager des poésies choisies ou quelquefois un de mes textes préalablement écrits. Je reviendrai plutôt sur cette proposition en la tissant avec celle du défi lundi prochain. Aujourd'hui, j'ai envie d'aimer "à ma manière" Notre Dame de Paris.
J'ai d'abord pensé à Aragon, La rose et le réséda ou à Antoine de Saint-Exupéry, l'extrait du Petit Prince avec la phrase, "On ne voit bien qu'avec le coeur. L'essentiel est invisible pour les yeux."
C'est Sylvain Tesson qui m'a rafraîchi la mémoire en évoquant cette phrase de Rimbaud que j'avais déjà partagé sur mon premier blog Corde ! Clic --->
"J’ai tendu des cordes de clocher à clocher ; des guirlandes de fenêtre à fenêtre ; des chaînes d’or d’étoile à étoile, et je danse."
Dans le texte de Rimbaud, écrit en 1871, il suffit de remplacer un seul mot pour qu'il semble écrit pour le 15 avril 2019, le mot juillet. ... et chercher dans chacune de ses phrases, une interrogation sur le verbe "aimer".


     Quand le monde sera réduit en un seul bois noir pour nos quatre yeux étonnés, — en une plage pour deux enfants fidèles, — en une maison musicale pour notre claire sympathie, — je vous trouverai.

     Qu’il n’y ait ici-bas qu’un vieillard seul, calme et beau, entouré d’un luxe inouï, — et je suis à vos genoux.

     Que j’aie réalisé tous vos souvenirs, — que je sois celle qui sait vous garrotter, — je vous étoufferai.

     Quand nous sommes très forts, — qui recule ? très gais, — qui tombe de ridicule ? Quand nous sommes très méchants, — que ferait-on de nous ?

     Parez-vous, dansez, riez. Je ne pourrai jamais envoyer l’Amour par la fenêtre.

     Ma camarade, mendiante, enfant monstre ! comme ça t’est égal, ces malheureuses et ces manœuvres, et mes embarras. Attache-toi à nous avec ta voix impossible, ta voix ! unique flatteur de ce vil désespoir.

     Une matinée couverte, en Juillet. Un goût de cendres vole dans l’air ; — une odeur de bois suant dans l’âtre, — les fleurs rouies, — le saccage des promenades, — la bruine des canaux par les champs, — pourquoi pas déjà les joujoux et l’encens ?

     J’ai tendu des cordes de clocher à clocher ; des guirlandes de fenêtre à fenêtre ; des chaînes d’or d’étoile à étoile, et je danse.

     Le haut étang fume continuellement. Quelle sorcière va se dresser sur le couchant blanc ? Quelles violettes frondaisons vont descendre ?

     Pendant que les fonds publics s’écoulent en fêtes de fraternité, il sonne une cloche de feu rose dans les nuages.

     Avivant un agréable goût d’encre de Chine, une poudre noire pleut doucement sur ma veillée.
 — Je baisse les feux du lustre, je me jette sur le lit, et, tourné du côté de l’ombre, je vous vois, mes filles ! mes reines !


Arthur Rimbaud, Phrases, Les Illuminations (1886), 

Arthur Rimbaud, 1854 - 1891, poète français
Les illuminations, 1886 ou illuminations, 1895, recueil de poèmes en prose et en vers libres, 1872 - 1875

Notre Dame de Paris

La tordue chante Aragon "La rose et le réséda"

Notre Dame de Paris, carte postale ans 1970
au dos de laquelle j'avais écrit des mots poème
en avril 1977

10 commentaires:

  1. Comme c'est beau !Merci pour ce partage qui m'a émue. Belle journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand je pense que Rimbaud n'avait pas vingt ans quand il écrivait cela

      Supprimer
  2. Coucou Jeanne, merci beaucoup de nous faire lire ces magnifiques phrases que, j'avoue, je découvre. La rose et le réséda, sur mon choix, a été lu par mon compagnon lors des obsèques de mon père. Gros bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La rose et le réséda est l'un des poèmes indépassables sur ce qui peut transcender les êtres humains pour le meilleur. Respect et pensées pour ton père

      Supprimer
  3. Magnifique partage, Jeanne ! Bravo ! Bonne poursuite de ce jeudi ! Bises♥

    RépondreSupprimer
  4. Merci beaucoup pour ces superbes phrases que tu poses dans ce billet .
    Elles résonnent vraiment en écho avec ce qui s'est passé .
    Bon jeudi
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et comme j'ai l'esprit d'escalier, je n'ai pas fait attention sur le moment au moment historique de ce poème en prose.
      bises et belle fin de semaine

      Supprimer
  5. laura vanel-coytte19 avril 2019 à 07:55

    j'AIME AUSSI NOTRE DAME DONT J'AI BEAUCOUP PARLE SUR MON BLOG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'ai vu. Et j'ai pensé immédiatement que le roman de Victor Hugo allait être redécouvert dans le texte ou dans des versions abrégées.
      J'ai aussi envie de découvrir les grands romans de Ken Follett que sont sa trilogie sur l'histoire d'autres cathédrales et notamment le premier :
      Les Piliers de la Terre

      Supprimer

Les commentaires sont modérés. Merci de patienter, je ne les valide pas toujours à la minute ni même quelquefois à la journée.
Les commentaires anonymes et non signés d'une manière ou d'une autre ne seront pas validés.
Comments are moderated. Thank you for your patience, I don't valide them immediatly.
anonymous comments are never validated except if they are signed in the text.