Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, combien en 2017 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 22 février 2018

Plus de neiges aux prés ..., de Leconte de Lisle

Andrée aux manettes du défi n°200 des CROQUEURS DE MOTS suggère :
pour le deuxième jeudi en poésie, j'ai pris 2018 - 200 = 1818. Je vous suggère de choisir un texte d'un poète du dix neuvième siècle (Victor Hugo, Lamartine, Georges Sand ....) ou un  poème sur l'hiver. Je vous propose celui-ci qui cumule, l'hiver, le XIX siècle et même un poète né en 1818 ... et s'il est si triste c'est que je l'ai programmé un mercredi matin de février (clic --->) et (clic---> lien valide demain vendredi)
A notre amie, 
Plus de neiges aux prés...
(Études latines, XI)
Plus de neiges aux prés. La Nymphe nue et belle
Danse sur le gazon humide et parfumé ;
Mais la mort est prochaine ; et, nous touchant de l'aile,
L'heure emporte ce jour aimé.
Un vent frais amollit l'air aigu de l'espace ;
L'été brûle ; et voici, de ses beaux fruits chargé,
L'Automne au front pourpré ; puis l'Hiver, et tout passe
Pour renaitre, et rien n'est changé.
Tout se répare et chante et fleurit sur la terre ;
Mais quand tu dormiras de l'éternel sommeil,
Ô fier patricien, tes vertus en poussière
Ne te rendront pas le soleil !
LECONTE DE LISLE, Poèmes antiques, 1852

La pie, de Claude Monet, 1868-1869,
refusé par le jury du Salon de peinture et de sculpture de 1869

Charles-Marie Leconte de Lisle, 1818 - 1894, poète français, chef de file du mouvement parnassien, de son nom de naissance, Leconte de Lisle de son nom de plume
Poèmes antiques, 1ère édition 1852
Claude Monet, 1840 - 1926, peintre français, l'un des fondateurs de l'impressionnisme.

9 commentaires:

  1. Magnifique choix, Jeanne ! Douce journée de ce jeudi ! Bises♥

    RépondreSupprimer
  2. Tres beau poème et illustration , on se demande bien pourquoi ce tableau a été refusé au salon de 1869 il est magnifique
    Bisous

    RépondreSupprimer
  3. J'avoue que j'ai toujours eu du mal avec Leconte de Lisle, mais j'adore le tableau et le poème est très beau.
    Merci pour ce jeudi en poésie.
    Bisous et douce journée.

    RépondreSupprimer
  4. Eh bien, il n'est pas gai le poète devant le mouvement perpétuel des saisons qui inexorablement entraîne la vie vers... ailleurs !
    Mais quel talent pour figurer cet éternel retour et le combat inutile de tout un chacun...

    RépondreSupprimer
  5. Il est superbe ce poème. Merci Jeanne.
    Bises et bon jeudi

    RépondreSupprimer
  6. très beau poème, à me donner envie de relire les poètes du XIXème siècle. Bises et merci pour ta participation.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. Merci de patienter, je ne les valide pas toujours à la minute ni même quelquefois à la journée.
Les commentaires anonymes et non signés d'une manière ou d'une autre ne seront pas validés.