Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, encore 123 en 2017, 121 en 2018 ? 101 femmes depuis le 1e janvier 2019 en France (2 septembre 2019) , soit une femme tous les deux jours ! accélération ou meilleure visibilité ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 27 janvier 2022

A une fenêtre de hasard, pour Mam'zelle Jeanne : Paris contraste

Notre Câp'tain Dômi à la barre du défi n°260 des CROQUEURS DE MOTS  nous invitent  à dédicacer nos textes  à deux belles d'Âmes qui ont choisi de descendre pour de bon du bâteau âmiral qu'est devenu la coquille de noix et pour le  premier jeudi poésie du 27/01/2022.

Vous adresserez votre poème à M’amzelle Jeanne.

En écho au défi que cette gente dame nous avait lancé pour l'étape 108 des CROQUEURS DE MOTS 
Pour son défi, j'étais semble-t-il très occupée, alors j'avais réédité un autre billet en l'adaptant :

Il y a bien longtemps, en visite contrainte dans un Paris que je me promettais de ne pas retrouver au quotidien, j'avais jeté sans retouches ce poème au dos d'une carte postale que je n'ai pas osé envoyer

Paris contraste


Tant de beauté
Tant de misère
Paris contraste
Où est ton âme ?
La mienne hurle !
Tu me voles
Voleuse, friponne.
Tu éclates d’un rire goulu
Derrière un mur effondré.
Hier guenilles,
Bientôt building.
Chut c’est franglais.
Interdit ;
Défense de …
L’oiseau s’envole,
Chante !
L’homme, où cours-tu ?
Où est nulle part ;
Nulle part est ailleurs.
Ici peut-être ?
©Jeanne Fadosi, Paris avril 1977
J'avais écrit ces mots au recto de cette carte postale :

Vue sur un immeuble délabré et Notre Dame, carte postale de Paris, années 1970


Ci-dessus, Notre-Dame de Paris avec et sans sa flèche après l'incendie du 15 avril 2019

Chantier de la Samaritaine, Paris, mai 2014

avancement du chantier de la Samaritaine, vers 2020

réouverture de la Samaritaine, automne 2021

14 commentaires:

  1. Paris côtoie le beau et le chancre, comme dans toute grande ville d'ailleurs, merci Jeanne pour... Jeanne ! Bises

    RépondreSupprimer
  2. Y a-t-il des nulle part ?
    ailleurs peut-être
    ici ou quelque part

    Paris nulle part
    Si Paris sans âme !

    RépondreSupprimer
  3. Quel dommage que tu n'ais pas envoyé cette bafouille au dos de cette carte postale...
    Je n'ai jamais aimé Parie en privilégiant un travail dans les Yvelines.
    Paris pour la visite des monuments, oui, et pas n'importe quand, au mois d'août de préference, quand les parisiens partent en vacances.
    Bisous, bisous Jeanne.

    RépondreSupprimer
  4. Bonsoir Jeanne,
    Tes mots sont vraiment le reflet de ce que représente cette carte. Tu ne pouvais mieux la décrire non plus.
    J'aimerais bien voir M'amzelle Jeanne la découvrir ... et l'entendre réagir ...
    Bonne soirée,
    Bises♥

    RépondreSupprimer
  5. Il est tres bien ce poème que tu as écrit au dos de la carte postale . Un Paris aux deux visages qui séduit ou que l'on fuit .
    Bonne soirée
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Etonnant cette carte qui montre ces deux visages ! et document précieux maintenant que la flèche s'est effondrée en avril 2019 ! bises

      Supprimer
  6. Je ne suis pas prête de retourner à Paris
    Défi 108, cela fait un bail. Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas pour ma part quand j'irai à Paris pour une ballade et une exposition. On va bien finir par sortir de cette pandémie mais quand ? bises

      Supprimer
  7. Merci pour cette rétrospective, grâce à toi je viens de redécouvrir ce défi 108 mené par M'amzelle Jeanne. Je constate qu'en plus d'être bonne écrivaine, elle est excellente élève.
    C'est vrai que c'est dommage de n'avoir pas envoyé cette carte, je suis certaine que le ou la destinataire en aurait été ravi(e)
    Merci Jeanne d'avoir pris de ton temps pour laisser une dédicace à celle qui a bercé les Croqueurs de Môts.
    Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui m'étonne du recto de cette carte, c'est qu'on osait montrer la misère de certains murs. Pour ce qui est du destinataire, il en aurait fait des confettis. Aucun regret donc, voir ma réponse à Laura. bises

      Supprimer
  8. laura vanel-coytte28 janvier 2022 à 08:53


    Charles Baudelaire: "La forme d'une ville change plus vite, hélas, que le coeur des mortels."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout dépend des villes, certaines semblent immuables, d'autres se décident soudain à se transfigurer. Souvent pour se rénover et s'embellir quitte à en chasser les habitants historiques qui n'ont pas les moyens d'y rester. Quant au cœur des "mortels" celui auquel était destiné ma carte postale était un cœur d'artichaut et c'est bien que je ne l'ai pas envoyée. (la carte)

      Supprimer
  9. C'était une belle carte, recto et verso...
    Merci pour ce partage, Jeanne.
    Je suis heureuse que tu l'aies gardée.

    RépondreSupprimer
  10. En effet Paris est superbe, et Notre Dame sera bientôt restaurée, mais l'homme s'éparpille, et tant d'écueils sont sur sa route, dans ses rues !
    Bon j'ai fait mon défi avec un logiciel basique, mais j'en ai perdu en changeant d'ordinateur.
    Bisous

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. Merci de patienter, je ne les valide pas toujours à la minute ni même quelquefois à la journée.
Les commentaires anonymes et non signés d'une manière ou d'une autre ne seront pas validés.
Comments are moderated. Thank you for your patience, I don't valide them immediatly.
anonymous comments are never validated except if they are signed in the text.