Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, encore 123 en 2017, 121 en 2018 ? 101 femmes depuis le 1e janvier 2019 en France (2 septembre 2019) , soit une femme tous les deux jours ! accélération ou meilleure visibilité ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

lundi 7 décembre 2020

Quand les bêtes dansaient

  Pour une nouvelle page de l'Herbier de poésie sur une peinture de Joan Miro


 Sur le bleu du ciel de la toile, les oiseaux et les insectes dansent en une sarabande débridée.
Dans le bleu du ciel de la toile, les oiseaux et les insectes cherchent une issue. C'est la débandade. Une peur intense et joyeuse ! Est-ce possible ?
Sauve qui peut, qui veut !
Ils veulent me mettre un harnais
pour me promener !

C'est pour la cour de récré

bientôt le printemps
pour que chantent les oiseaux
volent les insectes,

et que jouent les saltimbanques
en ode joyeux à la vie.

une scène ouverte
insouciance des visiteurs
panique dans la toile !

C'était il'ya quarante ans ...

C'était il'ya quatre mois ...
Ce sera dans quatre mois ...

Tyranie du temps
ou le refuge dans l'oubli
et les souvenirs.
©Jeanne Fadosi, vendredi 4 décembre 2020
à découvrir à partir de lundi
avec les autres brins sur la page 166 de l'Herbier

Joan Miró, Peinture (Oiseaux et insectes), 1938 huile sur toile, 114 x 88 cm Autriche, 
Vienne Le musée Albertina. La Collection Batliner © Miró / Adagp Succession, Paris 2018, 
Photo Musée Albertina, Vienne - Collection Batliner

Complètement Miro ! pour aller plus loin dans l'œuvre de Miro
Joan Miro, 1893 - 1983, peintre, sculpteur, graveur et céramiste catalan se définissant comme "catalan international"

En illustration sonore et pour rendre hommage à Anne Sylvestre :

3 commentaires:

  1. Belle interprétation de cette toile de Miro, j'aime.
    Bises

    RépondreSupprimer
  2. Tout passe et se transforme, le devenir est dans le bleu du ciel, dans la pensée que nous en avons, et quelle joie ce chemin d'évolution. Aucun harnais n'est éternel. Merci, de cette belle participation, Jeanne.

    RépondreSupprimer
  3. C'était, ce sera, pourvu que les oiseaux dansent toujours et chantent, dansent et chantent d'une année sur l'autre sans jamais oublier ni leur danse ni leur chant !!!!

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. Merci de patienter, je ne les valide pas toujours à la minute ni même quelquefois à la journée.
Certains rencontrent des difficultés à renseigner leurs liens : vous pouvez signer votre commentaire de votre nom ou pseudo, merci
Comments are moderated. Thank you for your patience, I don't valide them immediatly.
anonymous comments are never validated except if they are signed in the text.