Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, encore 123 en 2017, 121 en 2018 ? 101 femmes depuis le 1e janvier 2019 en France (2 septembre 2019) , soit une femme tous les deux jours ! accélération ou meilleure visibilité ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 21 mai 2020

On ne nous dit pas tout, de DimDamDom

Déconfinement progressif, d'autant que j'habite en zone rouge à 1 kilomètre d'un autre département en rouge et à une dizaine de kilomètres à vol d'oiseau du vert et à 105 kilomètres du bord de mer. Et je ne vous dis pas les 5 kilomètres restant à vol de mouette pas de problème mais pour descendre des hauteurs ...
Tout cela pour vous dire que mes neurones sont encore en mode confiné et que ce n'est qu'au milieu de la nuit entre deux sommes que j'ai réalisé que je n'avais pas mis en ligne de poème pour ce jeudi !!!.

Rappel donc des suggestions de Zaza :
Le mot de Zaza pour le défi n°237 des CROQUEURS DE MOTS :
donc à mon tour de prendre la barre de la galère « amirale », à la suite de Jazzy, avec l’assentiment de notre Dômi, toujours privée de son PC. 😢Pour le second jeudi en poésie du 21 mai 2020 – Acrostiche avec le mot CORONAVIRUS, simple ou double, selon votre inspiration. »
Avec cette précision pour la "logistique" :
 Je vous demanderai de bien vouloir communiquer votre lien de participation, en commentaire, sous chacune de mes contributions afin que je puisse réaliser un tableau récapitulatif. Merci !

Je m'étais souvenue que Marie en avait fait la suggestion pour le défi 233 avant le début du confinement pour le premier jeudi poésie. Et j'avais l'intention de partager ici l'un des acrostiches des croqueurs de mots. Je les aurais bien choisi tous ... (à retrouver ICI poésie I)
Là je choisis celui de notre capitaine Dômi, privée d'ordi avec une amicale pensée pour elle.



Carrément méchante
Ostensible peste
Rien ne t’arrête
On te redoute
Nébuleux poison
Alarmant pour certains
Vaudevillesque pour d’autres
Il faut refréner pourtant
Robustement le fléau
Unissons nous pour
Secourir les plus fragiles
-dimdamdom-
Avec le recul des ces plus de deux mois sous cloche, on ne nous a pas tout dit mais pouvait-on le faire et surtout on est encore bien loin de tout savoir sur ce virus, sa menace invisible, son histoire et son avenir et le nôtre. En tirerons-nous des leçons ? Il est bien également trop tôt pour le savoir.

réveil courrier du Courrier International, jeudi 21 mai 2020
Une génération qui aura bien des choses à dire et à faire quand nous en serons dans l'après, ce qui n'est pas encore le cas ...

12 commentaires:

  1. Eh oui Jeanne, quand j'ai proposé mes thèmes, je ne me suis pas souvenue que Marie avait "acrostiché" ce vilain mot C O R A N I V I R U S.
    C'est une très bonne initiative de rappeler l'acrostiche de Dômi. Je l'inclus dans mon tableau récapitulatif général sous ton nom. Le tableau paraîtra demain.
    Tu sais, je suis horrifiée de l'inconséquence de tous ces imbéciles qui s'allongent et s'agglutinent sur les plages de notre littoral, (vu aux infos régionales), mais aussi par tous les autres qui bravent la consigne des 100 km, pour aller se balader, ou rejoindre leurs résidences secondaires.
    Ce dé-confinement, sur le plan européen en outre, privilégie l'appât du fric avant tout au détriment de la santé.
    Bises et bon jeudi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je viens de relire mon commentaire... quelle buse je suis, tu as bien entendu rectifié : C O R O N A V I R U S. 😁

      Supprimer
    2. J'habite la campagne et ce qui a changé c'est le bruit (voitures, motos, quads) et je suis allée voir mon petit fils né juste avant le confinement et que j'avais juste eu le temps de voir. Il avait 5 jours !!!
      Je me suis très peu déconfinée et j'ai pris les routes de campagne en appréciant le paysage. Il y avait même un troupeau de vaches au pré avec leurs veaux.

      Supprimer
    3. Mais je n'avais même pas vu ha ha hi hi ...et stp n'insulte pas les buses. Elles sont tirées par les chasseurs chez nous et elles sont bien utiles pourtant. Je n'ai pas vu de busards cette année malgré le confinement mais par contre les chasseurs ont eu droit à une prolongation je ne sais pas pourquoi ...

      Supprimer
  2. Une tres bonne idée d'avoir mis le poème de Domi .
    Habitant un département rouge foncé , nous avons le triste record du plus grand nombre de morts de la région grand est , je suis effarée de voir à quelle vitesse les gens sont ressortis . Certains ne semblent pas comprendre que ce virus est un tueur , ils se sentent protégés par leur âge, peu leur importe de mettre les autres en danger .
    Bonne soirée
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui le grand est comme on dit a payé un lourd tribut à ce tueur minuscule et dans la région parisienne aussi et ce n'est sûrement pas terminé. Il y a des personnes inconséquentes c'est vrai et ce n'est pas forcément les plus jeunes ... Il va falloir apprendre à vivre avec cette menace
      bises

      Supprimer
  3. Bonjour Jeanne,
    Excellente idée que tu as eu là, dans ta nuit, entre deux sommes ! Le témoignage qui suit est très bon également ! Bravo !!! Bon vendredi ! Bises♥

    RépondreSupprimer
  4. Mercià Domi pour ce poème que j'aime bien et à toi pour l'avoir diffusé ici.

    RépondreSupprimer
  5. On dit tout et son contraire sur cette pandémie, finalement dramatisée disait Pujadas dans une émission, gouvernants et médias en rajoutant des couches... bon on obéit et filons fin côté gestes barrière, mais je ne reste pas non plus prisonnière de mon salon.... ,-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends que tu aies envie de relativiser après ce que tu as subi cet hiver à cause d'un autre microbe dont tu as réchappé. Le fait est que celui-ci est difficile à cerner, bénin pour les uns mais c'est la loterie, dangereux voire mortel pour d'autres et pas seulement les plus âgés. Ceux qui ont été malades et s'en remettent difficilement en savent quelque chose. Et il est aussi très facile de l'attraper. Il reste important de faire ce qu'on peut pour ne pas le propager.
      J'ai apprécié de pouvoir me déplacer sans trop de contrainte mais j'appréhende d'aller dans des lieux où il risque d'y avoir beaucoup de monde. bises

      Supprimer
  6. Excellent rien a rajouter amitiés

    RépondreSupprimer
  7. Je n'ajouterai rien non plus...
    Mais j'ai eu la chance de pouvoir me rendre auprès de mon nouveau petit-fils... une parenthèse heureuse.
    Bises et douce journée.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. Merci de patienter, je ne les valide pas toujours à la minute ni même quelquefois à la journée.
Certains rencontrent des difficultés à renseigner leurs liens : vous pouvez signer votre commentaire de votre nom ou pseudo, merci
Comments are moderated. Thank you for your patience, I don't valide them immediatly.
anonymous comments are never validated except if they are signed in the text.