Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, encore 123 en 2017, 121 en 2018 ? 101 femmes depuis le 1e janvier 2019 en France (2 septembre 2019) , soit une femme tous les deux jours ! accélération ou meilleure visibilité ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

vendredi 14 juin 2019

Le nain devenu géant

Pour la page 145 de l'Herbier de poésie
(Oups, je l'avais laissé dans mes brouillons)

Le grand jour est décidé. Ses yeux tristes lancent au cyprès mille lueurs comme autant de signaux. Si sa décision est ferme et définitive, elle n'en est pas moins un crève-coeur. Pourquoi n'a-t-il pas poussé le long d'une route de Provence ou en bordure d'un champ du plateau ?
D'où viennent ses ancêtres ?
Ont-ils servi de modèle
d'une nuit étoilée ?
Il avait vu la première lumière du jour dans une sorte de nurserie pour végétaux. Une main exercée à l'art du bonsaï l'avait taillé en gestes précis. Main de professionnel nourri davantage au suivi flatteur des tableaux et des courbes de rentabilité. Si du moins cette main mutilant sans pitié avait été guidé par quelque beauté !
Esthète de son art
se projetant dans son oeuvre
en flattant son chien !
Jamais il n'ombrerait la tombe d'un cimetière. On l'avait replanté dans un jardinet, coincé entre un ancien muret de pierres sèches grossièrement jointoyé de mauvais ciment, le privant du soleil du matin et un pavillon le plongeant dans l'ombre de novembre au printemps. Entre le sapin de Noël et le vieux pommier généreux des deux jardins voisins.
Ils avaient pris langue,
en réseaux fins d'entresol,
clôtures abolies.
Le vieux pommier à moitié mort avait fait place à un jeune pêcher malingre. L'arbre de Noël, griffant le toit sous les tempêtes, avait fini par être sacrifié. Le cyprès ébloui par le ciel en avait oublié son destin de bonsaï. Le nain voulait devenir géant, pour papoter avec les nuages.
D'une année à l'autre
toujours plus haut se hissait
l'ami des oiseaux.
Le grand jour est pour demain. Les esprits des arbres animent les fruits généreux, offerts en pâture aux colonies de volatiles. Tant bien que mal, le territoire s'organise au fil de la journée. Mais depuis le printemps les pies viennent y faire leur loi, depuis les branches hautes.
La lumière du soir
adoucit leur déchirure
dans les yeux mutins.
©Jeanne Fadosi, jeudi 13 juin 2019
à découvrir le vendredi soir  ou le samedi
avec les autres brins sur la page 145 de L'Herbier

Jeanne Fadosi, Petit peuple des cyprès





















Vincent Van Gogh, pour la nuit étoilée
Vincent Van Gogh, La nuit étoilée



4 commentaires:

  1. Bon gré malgré ils essaient de survivre dans un environnement hostile , et y arrivent souvent . Bon week end

    RépondreSupprimer
  2. personne ne choisit l'endroit où il naît et où il s'enracine !!! Pauvre petit cyprès, c'est si bon de papoter avec les nuages ou de flirter avec les étoiles !

    RépondreSupprimer
  3. Une très belle histoire pour ce cyprès Jeanne, j'ai aimé.
    Bises et bon weekend

    RépondreSupprimer
  4. C'est magnifiquement bien rendu, Jeanne ! Bravo ! Bon dimanche et belle semaine à venir !
    Bises♥

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. Merci de patienter, je ne les valide pas toujours à la minute ni même quelquefois à la journée.
Certains rencontrent des difficultés à renseigner leurs liens : vous pouvez signer votre commentaire de votre nom ou pseudo, merci
Comments are moderated. Thank you for your patience, I don't valide them immediatly.
anonymous comments are never validated except if they are signed in the text.