Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, encore 123 en 2017, 121 en 2018 ? 101 femmes depuis le 1e janvier 2019 en France (2 septembre 2019) , soit une femme tous les deux jours ! accélération ou meilleure visibilité ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

vendredi 21 juin 2019

Choisir

Pour la page 146 de l'Herbier de poésie
En marge le sonnet de Baudelaire, Correspondances

« Est-ce Dieu est-ce Diable* » ?
Cerbère ou Carabosse
aux portes des enfers ?
Toutes les fées d'Aurore ?

Enfant prodigieuse
préservée des sortilèges
d'un malin chanteur

enchanteur au ciel de lit
d'une dame restée au lac ?

Quoi ? Il faudrait donc choisir ?
De ses dons en sacrifier ?

Épineux dilemme
bien futile en vérité
à l’œil et l'oreille

de toutes ses sœurs reléguées
à la cuisine, au rouet

ces jeunes épousées
vouées à la maternité
de lignées fertiles

ou vie de prières
dès le milieu de la nuit
d'un cloître accueillant

riches veuves, pauvres orphelines
entre lumières et silence.

Belle enfant prodige
bénie des dieux et des fées
Peintre ET musicienne

Reconnue par ses pinceaux
quand Musique fut son loisir.
©Jeanne Fadosi, mercredi 19 juin 2019

à découvrir le vendredi soir  ou le samedi
avec les autres brins sur la page 146 de L'Herbier

Angelica Kauffmann, Autoportrait hésitant entre la Musique et la Peinture, 1791, huile sur toile, 147 x 216 cm, Nostell Priory







Illustration musicale :
Barbara, Chapeau Bas

*à qui j'ai emprunté le premier vers du refrain


4 commentaires:

  1. Je ne connaissais pas cette peintre et ton beau poème permet de la découvrir. J'aime bien ce tableau son autoportrait. Bisous

    RépondreSupprimer
  2. Superbe texte pour accompagner cette toile ! Le sort de la femme demeure, encore à notre époque, dans des catégories prédéfinies avec dans le milieu professionnel, une inégalité notoire !
    Bises et bonne fête de la musique Jeanne

    RépondreSupprimer
  3. Magnifique ton poème, ce choix qui fut si longtemps interdit aux femmes leur ont tellement souvent gâché la vie...

    RépondreSupprimer
  4. Superbe poème pour illustrer ce tableau . C'est vrai que c'est cruel de devoir choisir entre ces deux arts .

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. Merci de patienter, je ne les valide pas toujours à la minute ni même quelquefois à la journée.
Les commentaires anonymes et non signés d'une manière ou d'une autre ne seront pas validés.
Comments are moderated. Thank you for your patience, I don't valide them immediatly.
anonymous comments are never validated except if they are signed in the text.