Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, combien en 2017 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 21 décembre 2017

Noël des Bonnes Vieilles, paroles de Xavier Privas, musique de G Charton

Fanfan à la manœuvre du défi n°197 des CROQUEURS DE MOTS nous invitant à penser à Noël pour le second jeudi en poésie du défi a fait suivre à mes pensées des méandres de perplexité dont je m'explique ICI ---> et que je prolonge avec C'est la nuit, la nuit noire, de Victor Hugo, que je présume écrit aux alentours de la nuit de Noël 1851.
Quand j'ai finalement sur Internet ouvert la page de ce Noël des Bonnes Vieilles, j'ai songé aux vieilles de m'ont défi qui avaient failli attraper un rhume de fesses sur les chaises de Fanfan. Le texte était émouvant (je n'avais pas encore téléchargé la partition) mais à la lecture de 4 couplets je ne comprenais pas bien la dernière phrase de présentation : "Cette chanson est particulièrement triste"



1. Clopin-clopant, les bonnes vieilles
Avant que ne sonne minuit
Quittent leur demeure sans bruit,
Pour s'en aller jusqu'au saint lieu,
Louer dans toutes ses merveilles,
La naissance d'un nouveau Dieu.
2. L'Eglise du village est pleine
De parfums, de chants, de clarté,
Pour magnifier la beauté
De cette heure de pureté,
Présage d'une ère prochaine
De foi, d'amour et de bonté !
3. Et clopin-clopant, dans la neige
Qui rend dangereux le chemin
Leur bâton de vieillesse en main
Les vieilles vont, de froid tremblant
Sous le grand manteau qui protège
Tout leur corps frêle et chancelant.
4. Mais les voici près de l'étable
Où sommeille le nouveau-né
Devant un mage prosterné
Tandis que, d'un coeur triomphant
Marie, au visage adorable
Baise les yeux de son enfant.
5. Et soudain prises de tristesse,
Car ce gtableau les attendrit,
Les vieilles laissent leur esprit
Remonter au temps effacé
De leur souriante jeunesse
Et de leur cher et doux passe.
6. Une larme silencieuse
Lentement tombe de leurs yeux,
Car le spectacle grâcieux
De Marie embrassant Jésus
Rappelle à leur âme pieuse
Les enfants qu'elles ont perdus !
paroles de Xavier Privas, musique de Georges Charton

Xavier Privas, 1863 - 1927, chansonnier, poète et compositeur français, d'abord à Lyon puis à Montmartre, encouragé par Théodore Botrel
Georges Charton, 18.. - compositeur et parolier, connu pour avoir écrit la chanson de la Croix rouge en 1915


3 commentaires:

  1. Fin emouvante pour Ce poème chanson

    RépondreSupprimer
  2. merci Jeanne très belle découverte et la fin est hélas toujours d'actualité

    RépondreSupprimer
  3. Un très beau poème, très émouvant .
    J'ai oublié de te dire plus haut, que je ne savais pas d'où venait le "minuit chrétiens ", merci pour ces renseignements.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. Merci de patienter, je ne les valide pas toujours à la minute ni même quelquefois à la journée.
Les commentaires anonymes et non signés d'une manière ou d'une autre ne seront pas validés.