Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

vendredi 21 avril 2017

L'oeil

Pour l'herbier de poésie 75 de  l'Herbier de poésies

Quand je vois un œil prendre le pouvoir d'une image, un réflexe d'enfant active instantanément quelques neurones de mémoire qui me murmurent silencieusement
"l’œil était dans la tombe et regardait Caïn"*
Et instantanément s'active une pensée qui interroge.
Quand ? pourquoi ? pour quoi ?
Ici l’œil quadruple n'est ni bien veillant ni mal veillant.
L'un veille. L'autre s'étonne et l'étonnement prévaut.
Le troisième doute un brin d'herbe suspendu à ses mots.
Le quatrième. Ah le quatrième !
Il a tiré la courte paille, un sommeil d'éternité semble déjà l'endormir.
©Jeanne Fadosi, jeudi 20 avril 2017
pour l'herbier de poésie 75 
à voir sur la page 75 de l'Herbier

©Jamadrou
(titre et explications sur la page de l'Herbier) 

* dernier vers du poème de Victor Hugo, La conscience, évoquant dans la bible Caïn le premier fils d'Adam et Eve, chassé après qu'il ait tué son frère Abel.

A suivre, de fil en aiguille --->

13 commentaires:

  1. Très kolie interprétation de ce tableau. Beau week-end et à lundi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. brave Martine bien indulgente avec ces mots sincères mais en panne de poésie. Lassitude. Je ne devrais pas me plaindre. J'admire tant ton cran. belle fin de semaine

      Supprimer
  2. Bizarres, toujours étonnantes nos "connexions" ! jamais dépourvues de sens !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment ce que je retiens de fort dans ces pages d'herbier

      Supprimer
  3. J'aime tes mots pour décrire ce tableau. Bravo. Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci zaza excuse-moi si je tarde sur ton blog. Je rame à rattraper mon retard et vu l'heure je vais éteindre l'ordi. bises

      Supprimer
  4. tu as vu
    tu as lu chaque histoire sur chaque visage
    tu as su que tirer à la courte paille ce n'est pas jouer
    c'est juste la destinée.
    Chacun sa vision chacun sa connexion.
    Le tout est beau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. juste la destinée. et je ne sais pas si l'on peut dire avec Mallarmé
      "un coup de dés jamais n'abolira le hasard" ou avec Eluard "il n'y a pas de hasard seulement des rendez-vous"

      Supprimer
  5. D'un regard à l'autre,le destin est en marche.Vers qui, vers quoi ?

    (La bélière,dans mon texte, est la clochette attachée au cou du bélier,meneur du troupeau.)
    Belle soirée Jeanne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oups merci de la précision, je l'ai sans doute su en plus mais j'oublie tout ...
      Tous les destins sont en marche en effet. Vers quoi ? Certains foncent, d'autres errent, d'autres encore suivent un troupeau, mais où va leur troupeau ? belle soirée Balaline et merci

      Supprimer
  6. Tout est beau...
    Merci pour ce poème, Jeanne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu es bien indulgente Quichottine. Mais en me relisant j'ai été étonnée de faire écho sans relecture à mes questions d'une autre page de l'herbier en février :
      "Les regards l'atteignent jusque-là.
      sont-ils mal ou bienveillants
      ces regards de dives malines ?"
      bises et belle fin de semaine (toujours à ramer dans mes visites de blogs après cette longue interruption)

      Supprimer
  7. J'avaislu ce poème chez Adamante et j'avais aimé.

    Ma plume se fait tirer l'oreille en ce moment
    Bises

    RépondreSupprimer