Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, combien en 2017 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 29 septembre 2016

Inventaire de la mer à la Prévert, de Écureuil bleu

Défi 170 : Prévert à la mode des croqueurs de mots, avec Martine85 de Quai des Rimes pour les CROQUEURS DE MOTS et pour le second jeudi en poésie
"Ecrire un Inventaire à la prévert"
Vous connaissez ma préférence à mettre en ligne le jeudi un poème choisi plutôt que d'essayer d'en écrire un moi-même.

Il se trouve qu'au hasard de mes requêtes sur google, j'ai retrouvé celui-ci, écrit par Écureuil bleu et auquel il n'y a rien à ajouter à dix mois de la Cop'21 de 2015, si prometteuse et déjà me semblant vouée à un enterrement même pas de première classe, même par de troisième classe, mais en catimini et en toute discrétion.
Voici donc :
Inventaire à la Prévert rejeté par la Mer, par Ecureuil bleu
Ses photos aussi sont éloquentes !
Samedi 10 décembre [2011], sur la plage du Grand Crohot (Gironde), nous avons trouvé, échoués sur la plage de sable fin :

Une tête de poupée éborgnée
un petit frigo
un bébé méduse
une chaussure droite de sport taille 46 et ses lacets
une pomme pourrie
d'anciennes balles de tennis 
un oiseau mort
des bois flottés
un derrière de télévision
une chaussure de femme, gauche, en plastique
une jambe de poupée
un morceau de corde
un bout de filet
un bébé méduse
un tronc d'arbre
des branches
une porte
des flotteurs de filet
du fil emmêlé
du sable fin
un rayon de soleil
un porteur pour enfant
des branches d'arbres
des casiers en plastique
des cagettes en bois
un déodorant en sticker
une bouteille de ketchup commencée
des produits d'entretien
des bouteilles en plastique
des pots de fleurs
un sticker pour les lèvres
des écorces d'arbres
un bambou
du soleil et des vagues
un bébé méduse

et nous, médusés...
©Ecureuil Bleu, 12 décembre 2011, 
mise en ligne avec son autorisation


Si je mets la plage de la Conche en illustration, c'est que ces drôles de blocs de béton sont en train d'être réduits en miettes et qu'il n'en restera plus guère au moment de la mise en ligne de ce billet.
Certes, c'est un peu de l'Histoire dont on ôte une trace, mais ils étaient devenus très dangereux et tout le monde s'accorde sur cette sage décision. Si cela pouvait être vrai plus souvent !
Plus d'infos Clic --->

Sans oublier de revenir à la source de L'inventaire de Prévert Clic --->

12 commentaires:

  1. Ecureuil bleu je connais, je ne me souviens plus de son texte, que j'ai dû lire, et proposé en café/thé il me semble, que la plage est laide ainsi, tu parles d'un inventaire ! Eh oui côté traces de guerre passée sur les plages... quand il faut il faut, merci Jeanne, bises

    RépondreSupprimer
  2. J'aime beaucoup l'inventaire d'écureuil bleu plaidoyer pour l'environnement et la sauvegarde de l'océan. Cela me désole à chaque fois que je me promène sur les plages d'y voir échoués de nombreux objets qui ont été jetés à la mer. On en ramasse qu'on met dans les bacs à marée. Ici aussi il y a un blockhaus qui menace de tomber sur la plage. Ils devaient le détruire cet été mais il est toujours là. Beau jeudi

    RépondreSupprimer
  3. Un inventaire bien mené qui souligne le sans gène de tout un chacun, la plage n'est pas une poubelle ! je suis contente que tu y es tout de même trouvé du soleil et du sable fin pour accueillir le bébé méduse !!!!

    RépondreSupprimer
  4. Soyons vigilants et préservons notre belle nature.
    J'aime ce texte et... Prévert.

    RépondreSupprimer
  5. Brigitte fait des billets toujours documentés...
    il n'y a pas que la mer... la forêt devient une décharge depuis que les déchetteries sont payantes !

    RépondreSupprimer
  6. Ecureuilbleu l'a republié aussi... mais tu as bien fait de le mettre à l'honneur.
    Un inventaire qui nous montre notre façon inconsciente de traiter la mer, et, dans son ensemble, l'eau qui nous est tellement indispensable.
    Merci, Jeanne.

    ...
    Je suis revenue après quatre jours sans réseau ou presque... mais je dois repartir sans avoir pu me mettre à jour dans mes lectures chez vous, j'en suis désolée.
    Autant que pour ce copier/coller.

    Passe une bonne fin de semaine. Amitiés.

    RépondreSupprimer
  7. Un très bel inventaire d’Écureuil bleu. Merci pour ce partage. Bises et bon vendredi

    RépondreSupprimer
  8. Ce n'est plus une mer mais un dépotoir.
    En lisant "l'inventaire à la Prévert" j'entendais la voix de Léo Ferré qui m'accompagnait.
    Je ne connais pas "Écureuil bleu" je vais de ce pas à sa rencontre.
    Bonne journée
    Bises
    Maryse

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour Jeanne et merci d'avoir été rechercher ce poème que j'avais écrit et oublié, mais pas les débris bien mémorisés. C'était en 2011. Il faudra que j'y revienne après une grande marée.
    En venant me chercher, tu m'as stimulée et j'ai écrit "pour faire le portrait d'un écureuil bleu".
    Bon après-midi

    RépondreSupprimer

  10. Vraiment un bel invenraire ! Merci de ce partage Jeanne ! Bonne soirée de ce vendredi ! Bises♥

    RépondreSupprimer
  11. Voici l'inventaire d'une triste réalité hélas :(
    Bravo à Ecureuil Bleu et merci à toi de l'avoir partagé ici .
    Bisous.
    Domi.

    RépondreSupprimer
  12. bravo à Brigitte pour cet inventaire que l'on retrouve quand les canaux par exemple sont vidés
    et bravo à toi pour la photo

    RépondreSupprimer