Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, combien en 2017 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

samedi 23 avril 2016

La balancier et le sablier, pour Mil et Une

je reprends mes précautions d'usage que les habitués connaissent par cœur et dont ils peuvent s'agacer, c'est que  transmettre, c'est aussi cela : répéter pour ne pas laisser sur le bord de la route les nouveaux venus . . .
Sur l'image du sujet de la semaine 16-15 de miletuneA vous de décider* de la découvrir avant ou après la lecture de ce qu'elle m'a inspirée, au croisement d'autres évocations (images support)
Il avance un pas après l'autre
il progresse et n'avance pas
l'horizon dérobe son but
Même alors il ne le voit pas.
Il avance pas après pas
Sait-il qu'il marche à reculons ?
Il avance dans sa nuit claire
il ne voit pas Tout est brouillard
son balancier le balance
il n'y a plus cœur ni raison
sous ses pas se dérobe
la terre qui gémit :
"Ne sens-tu pas tes tripes ?"
Il avance un pas après l'autre
il n'y a même plus de colline
Voyez comme tout est vide
sans enliminures
quand le cœur a déserté la raison
quand la raison a déserté le cœur
dans la marche inexorable
du temps.
Jeanne Fadosi, pour l'image 15/2016
de miletune, samedi 16 avril 2016

* Les mots lus ne sont jamais tout à fait les mêmes que les mots écrits, y compris quand ils sont relus par leur auteur. Les mots impulsés par une image échappent eux aussi, et c'est tant mieux, à un seul déterminisme bi-univoque. Mais il n'est pas gratuit de lire sans voir l'image, ou en l'ayant vu ou en la voyant. Quel que soit votre choix, découvrir l'image support avant ou après, vous ne pourrez remonter le temps pour comparer les expériences.
Le choix de l'une interdit les autres.

5 commentaires:

  1. C'est très beau Jeanne, je pense à la vieillesse en te lisant, bises

    RépondreSupprimer
  2. J'aime beaucoup. En effet souvent on peut avancer tout en faisant du surface et même reculer. C'est très bien dit.
    Je m'absente Jeanne pour au moins 15 jours mais des articles sont programmés sur mes blogs, jusqu'à fin juin sur quai des rimes avec les prénoms du mercredi. Beau week-end

    RépondreSupprimer
  3. Ton poème est très beau, Jeanne.
    Le temps ne se laisse pas apprivoiser.
    C'est à nous de lui donner un sens... mais sans coeur et sans raison, rien n'est possible.

    RépondreSupprimer
  4. C'est très beau Jeanne, bravo.
    Bises et bon samedi. ZAZA-https://zazarambette.fr

    RépondreSupprimer
  5. je verrai demain avec notre capitaine car j'ai juste repris les dates qu'elle indiquait mais il me semble que tu as raison ... et merci pour ta visite .. et pour les livres comme nous étions en vacances dans le Jura, je n'avais que 2 livres, et j'ai pris ceux mis à disposition par le gite et un livre de mon mari. Bises

    RépondreSupprimer