Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, combien en 2016 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

samedi 2 juillet 2016

Image-In ! pour Mil et Une

Pour miletune, sur le sujet-image de la semaine 26/2016
Cette fois encore, pas de précaution préliminaire, mon texte fait écho à l'image proposée et celle-ci est essentielle.


Préambule ajouté au matin du samedi 2 juillet :
Comme un fil invisible qui relirait tout le vivant, tous les vivants, j'ai découvert aujourd'hui la poésie de Yves Bonnefoy, qui vient de mourir le 1er juillet 2016 à 93 ans et dont plusieurs générations de bacheliers des années récentes parait-il ont eu son recueil Les planches courbes, paru en 2001, à leur programme de baccalauréat. J'imagine qu'il s'agit des bacs littéraires. Je le connaissais, évoqué par une collègue qui faisait chaque semaine le trajet pour aller suivre des cours à Vincennes, du temps révolu de cette université alternative. Plus tard pour l'avoir entendu en entretiens à la radio. Je ne connaissais pas sa poésie. J'en connais d'autres.
J'ai entendu ce matin à la radio un chroniqueur annoncer, avec un point d'interrogation il est vrai, la mort du dernier des poètes . . .
Et je peux l'affirmer haut et fort, non ce n'est pas le dernier des poètes !

Image-in !

Il est des images
dont la magie volubile
s'affranchit des mots

des feuilles trop blanches
dont les volutes s'envolent
en suivant le vent

Sourd dans un monde plein d'images
privé de mots, doux silence

Image de Alastair Magnaldo

Une fois de plus, je n'ai pas utilisé le mot à inclure : "pérennité". Ce n'est qu'une suggestion il est vrai.
Mais peut-être est-il déjà juste là, dans l'image.

7 commentaires:

  1. Je ne connais pas ce monsieur... j'apprends ! Bravo Jeanne pour ce Miletune !! Bises

    RépondreSupprimer
  2. Je suis passée à côté de l'info... j'aimais beaucoup, mais, comme toi, je ne suis pas d'accord, ce n'était pas le dernier des poètes. :)
    Merci en tout cas pour ton poème. Il est magnifique et, tu as raison, le mot est dans l'image.
    Passe une douce journée. Bises.

    RépondreSupprimer
  3. J'aime tes mots sur cette envolée de feuilles blanches. Bon dimanche Jeanne

    RépondreSupprimer
  4. Je connaissais peu Yves Bonnefoy, mais le peu je connaissais me plaisait. Toutefois, souvent, je le trouvais difficile à suivre. C'est peut-être le propre de la poésie, qui sait...

    RépondreSupprimer
  5. je ne connaissais pas Y Bonnefoy, et suis persuadée que beaucoup qui en parlent en superlatif ne le connaissant pas plus, de même qu'on cite beaucoup Proust sans l'avoir lu... alors qu'on n'ignore rien des frasques des people. Faut-il être cabotin médiatique pour être reconnu ?

    RépondreSupprimer
  6. Je ne connais absolument pas. ET n'étant pas française, ce n'était pas non plus dans
    nos programmes d'éducation. Bonne semaine.

    RépondreSupprimer
  7. Joli! Et comme je n'avais pas vu qu'il s'agissait d'illustrer l'image, je trouve que tu as très bien su faire d'une pierre deux coups!

    RépondreSupprimer