Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, combien en 2016 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

mercredi 6 juillet 2016

Dans le leurre des mots, de Yves bonnefoy

En hommage et en cogitant . . .

J'avais pris la résolution de laisser  ce blog au ralenti pour l'été . . .
Ce billet dans le fil de  Imagine-In !, fait suite à Nocturnes et à Rêve
« La tâche du poète est de montrer un arbre, avant que notre intellect nous dise que c’est arbre » écrivait Yves Bonnefoy, se méfiant du concept qui limite nos expériences et nous prive de l'essentiel, notre présence au monde. (source Le Monde, 1er juillet 2016, 23h51)
Magritte l'a compris aussi des images et l'a magistralement illustré dans sa peinture.

à suivre . . .

Dans le leurre des mots

Et le rossignol chante une fois encore
Avant que notre rêve ne nous prenne,
Il a chanté quand s'endormait Ulysse
Dans l'île où faisait halte son errance,
Et l'arrivant aussi consentit au rêve,
Ce fut comme un frisson de sa mémoire
Par tout son bras d'existence sur terre
Qu'il avait replié sous sa tête lasse.
Je pense qu'il respira d'un souffle égal
Sur la couche de son plaisir puis du repos,
Mais Vénus dans le ciel, la première étoile,
Tournait déjà sa proue, bien qu'hésitante,
Vers le haut de la mer, sous des nuées,
Puis dérivait, barque dont le rameur
Eût oublié, les yeux à d'autres lumières,
De replonger sa rame dans la nuit.
Yves Bonnefoy, Les planches courbes, 2001

Yves Bonnefoy, 1923 - 1e juillet 2016, poète, critique d'art et traducteur


Ni chat, ni Vénus,
pas même star ou étoile,
juste une image

Et pourtant tellement Vénus !

6 commentaires:

  1. J'aime, merci pour ta page du jour, bises

    RépondreSupprimer
  2. Sans réfléchir, je suis happée par les mots, les sonorités, les images et les répons.
    Mais, je le reconnais l'ensemble me semble parfois un peu trop hermétique. Ce n'est pas grave car cela ouvre la brèche de l'imagination...

    RépondreSupprimer
  3. Joli. Je ne connaissais pas. Merci de cette découverte. Beau jeudi.

    RépondreSupprimer
  4. Je ne connais ce poète que de nom;je n'ai jamais lu ses oeuvres. C'est prenant et ce qu'il dit , très intéressant .Il mérite d'être plus connu.
    Une vraie beauté ce chat blanc..Bonne journée

    RépondreSupprimer
  5. J'aime beaucoup l'idée que le poète montre avant... :)
    Le pouvoir évocateur des mots est très grand.
    Passe une douce journée Jeanne. Bises.

    RépondreSupprimer
  6. Bien joli poème évoquant notre besoin de voir, de comprendre, d'imaginer aidés en cela par les poètes!

    RépondreSupprimer