Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, combien en 2016 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 13 août 2015

El Desdichado, de Gérard de Nerval

Si je revisite mes poésies choisies sur mon blog, je n'y vois guère proposé les poèmes de Gérard de Nerval, l'une des figures de la poésie romantique du XIXe siècle français, qui a contribué par ses traductions, à faire connaître la poésie allemande et principalement Goethe.

Ce jeudi-là, 24 janvier 2013, il me servait à illustrer la Femme fatale du défi n°94 de Hauteclaire pour les CROQUEURS DE MOTS;

El Desdichado

Je suis le Ténébreux, - le Veuf, - l'Inconsolé,
Le Prince d'Aquitaine à la Tour abolie :
Ma seule Étoile est morte, - et mon luth constellé
Porte le Soleil noir de la Mélancolie.

Dans la nuit du Tombeau, Toi qui m'as consolé,
Rends-moi le Pausilippe et la mer d'Italie,
La fleur qui plaisait tant à mon coeur désolé,
Et la treille où le Pampre à la Rose s'allie.

Suis-je Amour ou Phoebus ?... Lusignan ou Biron ?
Mon front est rouge encor du baiser de la Reine ;
J'ai rêvé dans la Grotte où nage la Sirène...

Et j'ai deux fois vainqueur traversé l'Achéron :
Modulant tour à tour sur la lyre d'Orphée
Les soupirs de la Sainte et les cris de la Fée.
Gérard de Nerval, Les Filles du feu, Les Chimères, 1854

Gérard de Nerval, 1808 - 1855, écrivain et poète français
Les Filles de feu : recueil de huit nouvelles et de douze sonnets regroupés sous le nom de Les Chimères

Orphée parmi les animaux
cliché d'un sarcophage musée archéologique de Thésalonique :
source wikipedia article Orphée, clic sur l'image pour informations

8 commentaires:

  1. Ah oui là je connais ce Gérard... merci Jeanne, bon jeudi, bises de JB

    RépondreSupprimer
  2. J'aime. Très courte dans les commentaires ce matin, des problèmes de PC ! Bon jeudi Bises

    RépondreSupprimer
  3. J'aime beaucoup ce poème; c'est un de mes préférés! Bonne journée.BISES

    RépondreSupprimer
  4. Un poème qui me touche toujours autant. L'un de mes préférés de Nerval.
    Passe une douce journée Jeanne. Bises.

    RépondreSupprimer
  5. Est-ce un poème à Sylvie sa muse? En tout cas De Nerval, Lamartine et Chateaubriand nous offerts de beaux moments de littérature!

    RépondreSupprimer
  6. merci pour ces vers de ce poète romantique.
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  7. Je me souvenais du premier vers. J'ai du l'étudier au lycée.

    RépondreSupprimer
  8. Un bel alexandrin qui me rappelle des souvenirs très anciens. Bises

    RépondreSupprimer