Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, encore 123 en 2017, 121 en 2018 ? 101 femmes depuis le 1e janvier 2019 en France (2 septembre 2019) , soit une femme tous les deux jours ! accélération ou meilleure visibilité ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

lundi 28 septembre 2020

Défi n°239 : La couveuse

 Pour le défi n°239 des CROQUEURS DE MOTS de ce lundi prochain 28 septembre dont j'ai pris la barre, je vous invite donc à écrire un petit texte en prose ou en vers portant sur un moment (passé, présent, à venir, réel ou imaginaire) particulier (joyeux, saugrenu, étrange, stressant, agréable ...) dans lequel l'électricité (ou son absence) y a joué un rôle important. Mots imposés à inclure (ambre, ampoule, appareil).

Je vous ai dit que l'électricité était au coeur de l'activité professionnelle de mon père et occupait une place importante dans nos vies. La maison de fonction abritait le bureau au rez-de-chaussée et le garage, les ateliers et les entrepôts en annexe. Elle était vaste mais sans grand confort. Les premières améliorations faites sur leur temps libre et leurs économies avaient d'abord agrémenté leurs loisirs : des ampoules dans toutes les pièces pour des veillées plus douces, tout ce qu'il fallait pour développer et tirer leurs photos d'amateurs et surtout, enfin un premier poste TSF à galène au coffre en bois ciré couleur de miel et d'ambre. (on pourrait dire aujourd'hui en kit, sauf qu'il avait aussi inventé le plan de montage). Un appareil détenu clandestinement et qui permettrait bientôt d'écouter Radio Londres.

La famille s'agrandissant en même temps que le gouvernement Daladier était revenu sur les améliorations salariales et sociales du Front Populaire, les centres d'intérêt sont devenus plus pratiques : un radiateur fabriqué à partir de tiges en fer, de résistances et d'autres pièces nécessaires,  jardinage et châssis en verre, poulailler et fabrication d'une couveuse, et même achat d'une première essoreuse électrique trop compliquée à faire soi-même et surtout à se procurer les pièces nécessaires. Maman cousait, papa avait appris à tricoter pour l'aider à faire pulls, cache-cols, moufles et bonnets.

Drôle de guerre, capitulation, occupation, les pannes d'électricité étaient fréquentes. Un jour qu'un soldat allemand était venu furibard sommer mon père de réparer au plus vite, il avait avisé un fil électrique montant les escaliers vers le grenier. Les quatre enfants s'étaient sagement assis sur les marches et le câble. Une prise multiple alimentait une seule rallonge qui conduisait ... à la couveuse où des poussins au duvet d'ambre, privés de la douce chaleur de la rampe électrique se réchauffaient blottis les uns contre les autres.

Le soldat avait éclaté de rire, s'était attardé devant l'astucieuse invention, avait peut-être hésité à confisquer les volatiles et même la couveuse ... Il est redescendu sans deviner l'autre câble débranché in extrémis par la grande, menant dans l'autre partie du grenier vers la tsf clandestine. Mon père, impassible et soulagé, était déjà prêt à partir avec une équipe pour relever les câbles mis à terre par l'orage.

Je pourrais arrêter l'histoire ici et me satisfaire de ce que cet appareil astucieux a nourri mes frères et sœurs de bons poulets rôtis les jours de fête, même s'ils étaient accompagnés de topinambours fades et sans beurre. Nul à l'époque n'imaginait les élevages en batterie et les massacres de poussins d'un jour dans les écloseries actuelles.

Mais l'histoire de la couveuse familiale est à l'origine d'une autre merveille. Je n'ai plus le temps ni la place de vous la conter maintenant. 

Image de Comment fabriquer un incubateur maison simple



A suivre ???*



* En fait c'était la suite que j'avais envie de vous raconter mais allez savoir pourquoi c'est cette histoire (vraie) de fil électrique et de poste à galène qui est venu s'imposer ?

17 commentaires:

  1. Bonjour Jeanne,
    C'est tout à fait intéressant oui, à suivre, certainement !!! Super !!!
    J'♥ beaucoup !
    Bon début de semaine,
    Bises♥

    RépondreSupprimer
  2. Des souvenirs d'enfance qui m'émeuvent. Je n'ai pas connu cette époque je n'étais pas encore née. Je me souviens de la radio de ma grand-mère et de sa lampe à pétrole quand il y avait des coupures d'électricité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi non plus je suis née bien après la guerre mais j'ai beaucoup reçu de confidences de ces années-là de la part de mes parents et de mes frères et sœurs aînés. bises

      Supprimer
  3. Coucou Jeanne,
    Palpitants souvenirs de ta période d'enfance passée dans un climat troublé par l'occupation allemande.
    Je suis une enfant du baby boom, mais j'ai été élevée avec des parents qui ont eu faim pendant ces années difficiles et qui ont gardé les bonnes habitudes de ne pas gaspiller la nourriture.
    Bises et bon début de semaine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que m'ont raconté mes sœurs aînées. Moi, selon la formule de mes parents, je n'étais pas du tout prévue. Mais cette période m'a été abondamment dite. bises

      Supprimer
  4. Je vais rajouter sur mon article une photo en lien avec le tien :-)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. elle est super cette photo ainsi que toutes tes autres illustrations !

      Supprimer
  5. Merci Jeanne pour ces souvenirs que tu partages , heureusement en effet que l'autre câble n'a pas été découvert .
    Bonne journée
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme tu dis ! Les enfants cachant le câble en s'asseyant dessus est véridique ! bises

      Supprimer
  6. Merci Jeanne. J'ai beaucoup aimé ces souvenirs que tu nous racontes. J'espère bien qu'il y aura une suite.
    Le passage de la couveuse, des poussins et du soldat allemand... extra.
    Mon papa aussi créait beaucoup de ses mains mais il ne tricotait pas.
    La fée. C'est vrai qu'on la nommait ainsi l'électricité.
    Bonne soirée Jeanne

    RépondreSupprimer
  7. Merci infiniment Jeanne de ce merveilleux témoignage... Tu m'as mise en haleine jusqu'au bout.... Bisous

    RépondreSupprimer
  8. Ton père était un Mac Gyver ! Un bon bricoleur à la maison c'est pratique.Les débuts des appareils électriques, cela devait être extraordinaire malgré l'époque dangereuse! Le poussins et ton père sot passés près de la catastrophe. Bise

    RépondreSupprimer
  9. C'était moi Fanfan2B dans le com précédent !

    RépondreSupprimer
  10. Bon, j'attends donc la suite... merci encore pour ces souvenirs partagés.

    RépondreSupprimer
  11. du vécu et pas inintéressant en plus bises

    RépondreSupprimer
  12. de vrais souvenirs qui me replongent dans une vie "d'avant" que j'ai connu en partie mais ou l'électricité n'était pas aussi présente...je ne l'ai connu qu'un peu plus tard ! bises

    RépondreSupprimer
  13. Une très belle tranche de vie, que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître, moi non plus, mais j'ai tellement entendu mes parents raconter leurs souvenirs que j'ai l'impression de les avoir vécus.
    Bisous Jeanne.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. Merci de patienter, je ne les valide pas toujours à la minute ni même quelquefois à la journée.
Les commentaires anonymes et non signés d'une manière ou d'une autre ne seront pas validés.
Comments are moderated. Thank you for your patience, I don't valide them immediatly.
anonymous comments are never validated except if they are signed in the text.