Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

mercredi 6 janvier 2016

Et soudain un cairn

Une image pour susciter l'écriture, une écriture de premier jet, sans rime ni raison (ni raison ? voire ...) Une image, mieux, la "Plage de sable fin à marée basse" de William Turner comme sujet de la page 28 de l'herbier de poésie (qui a déménagé ici)

Et soudain un cairn
pour rappeler l'évidence
Les pieds sur le sable
et soudain un cairn
pour rappeler l'évidence
les cheveux au vent
"Le temps efface sur le sable"
"avec le temps va tout s'en va"
Le temps, le vent, le sable...
La vie, ... et la vie ...,
fragile et éphémère.
Jeanne Fadosi
Emprunts :
"Le temps efface sur le sable" à la chanson Les feuilles mortes, paroles de Jacques Prévert, sur une musique de Joseph Kosma pour le film Les portes de la nuit, 1946
"avec le temps va tout s'en va""Avec le temps",1969, chanson de Léo Ferré, paroles et musique

Dans les longues errances sur une plage à marée basse, les pensées vagabondent. Ici elles m'ont conduit à
Passerelle pour des rêves et au galet et la colombe que j'ai fait remonter tout récemment (Miroir ... mon beau miroir ... de vœux en vœux ...)




7 commentaires:

  1. Beaux bouquets de vers sur le sable fin !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le tableau est magnifique et renvoie à des souvenirs vécus à ramasser des coquillages ... il y a longtemps

      Supprimer
  2. Très joli poème que j'ai beaucoup aimé même s'il est un peu triste

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tout s'efface sur le sable, les châteaux des enfants comme les pas et les rides bougent ... côtoyer le littoral rend humble et c'est si beau qu'on en apprécie que plus le moment présent. Et peut-être invite quelques-uns à ne pas gaspiller son temps en vaines querelles. N'est-ce pas l'essentiel ?
      bises et belle journée

      Supprimer
  3. J'avais une amie qui pouvait passer la journée entière à observer la mer. Elle disait ne jamais s'ennuyer et rêver à l'infini...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je ne sais pas si je pourrais une journée entière. Mais marcher le long de la plage les pieds aux chevilles pendant des kilomètres ...

      Supprimer
  4. Un jour, il faudra que je raconte aussi...
    Mais, là, je lis, j'écoute, tant de souvenirs m'assaillent.

    Ce tableau m'avait mise mal à l'aise, et pourtant, j'adore le peintre et sa lumière.

    Bisous et douce journée Jeanne.

    RépondreSupprimer